1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Paris : la note (très) salée de la crue centennale
Le Point07/03/2016 à 10:41

Une montée des eaux de 8 mètres pourrait provoquer pour 30 milliards d'euros de dégâts.

La capitale est-elle prête pour faire face à une grande crue ? C'est ce que doit déterminer la simulation organisée depuis ce matin (et pour deux semaines) à l'instigation de la préfecture de police de Paris. Baptisé Sequana 2016, cet exercice doit permettre de préparer les autorités aux risques que constitueraient une inondation de Paris du type de celle de 1910.

Le scénario catastrophe projeté ? Un débordement soudain de la Seine sur plus de 500 kilomètres carrés. Un cataclysme qui paralyserait 5 millions de Franciliens dans près d'une demi-douzaine de départements et qui désorganiserait durablement les transports en commun pour plusieurs semaines.

Un exercice « grandeur nature »

Près de 900 sauveteurs, 150 policiers, 60 véhicules et 4 hélicoptères sont mobilisés pour cette simulation. 87 partenaires publics et privés (administrations, hôpitaux, entreprises telles que la RATP ou EDF) sont amenés à coopérer dans le cadre de cet entraînement. « C'est la première fois qu'on réalise un exercice de cette ampleur à l'échelle de l'Ile-de-France », déclare Jean-Paul Kihl, secrétaire général de la zone de défense et de sécurité de Paris.

Des conséquences économiques dramatiques

Mais à combien se chiffrerait l'impact d'une telle crue ? L'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) a publié l'an dernier une étude sur la gestion des...

Lire la suite sur Le Point.fr

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • frk987
    07 mars11:19

    Pour ANOSRA , hélas ce n'est pas un risque virtuel mais une certitude à terme, par contre là où vous avez raison....que fait on pour interdire les constructions en bas...RIEN, c'est l'apanage des politicards qui délivrent des permis de construire à 1 m de la rivière qui va monter de 15 m !!!! MDR et les assureurs acceptent et les particuliers achètent, c'est pas beau le monde actuel !!!!!!!

    Signaler un abus

  • M7097610
    07 mars11:18

    les reptiles aiment l'eau. L'homme est reptilien. Sur le Larzac, il y a de la place et jamais d'inondation.

    Signaler un abus

  • ANOSRA
    07 mars11:09

    On adore se faire peur avec des risques virtuels (bassins de rétention en place) mais on laisse les risques réels sans réaction sur des rivières et des torrents !!!

    Signaler un abus

  • frk987
    07 mars11:03

    Autour de ma bonne ville il y a de vieilles voies romaines qui empruntent des itinéraires qui défient l'entendement....mais la seule différence c'est qu'en 2000 ans pas une flaque d'eau n'a gênée le trafic de ces voies, alors que les autoroutes plus bas...MDR !!!!!!

    Signaler un abus

  • frk987
    07 mars10:59

    Ben voui Paris aura un jour les pieds dans l'eau comme en 1910, lisez le journal de Léautaud qui décrit le phénomène avec beaucoup de lucidité......Ce n'est jamais un hasard quand on voit des villages moyenâgeux bâtis sur des collines, pour le plaisir de monter...certainement !!!!!!!

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer