Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Paris d'accord pour répartir les demandeurs d'asile dans l'UE

Reuters20/05/2015 à 14:37

PARIS POUR UNE RÉPARTITION DES DEMANDEURS D'ASILE DANS L'UE

PARIS (Reuters) - La France s'est déclarée mercredi favorable à une répartition "plus équitable" des demandeurs d'asile entre les pays de l'Union européenne mais refuse l'idée de "quotas".

Cette communication des ministres des Affaires étrangères et de l'Intérieur, Laurent Fabius et Bernard Cazeneuve, au conseil des ministres met un terme à une série de déclarations, notamment du Premier ministre, qui ont entretenu la confusion.

La semaine dernière, Bernard Cazeneuve avait approuvé les idées de la Commission européenne qui a présenté le 13 mai les grandes lignes d'une proposition de répartition des demandeurs d'asile entre les Etats membres de l'UE.

Mais l'ancien président Nicolas Sarkozy et, à sa suite, Manuel Valls, ont rejeté l'idée de "quotas de migrants" alors qu'il ne s'agit ni d'immigration ni de quotas dans les suggestions faites par Bruxelles.

"Je suis contre l'instauration de quotas de migrants. Ceci n'a jamais correspondu aux propositions françaises", a dit le Premier ministre samedi à Menton (Alpes-Maritimes). "En revanche, l'Europe doit avoir une politique de l'asile."

La communication présentée mercredi en conseil des ministres clarifie la position française et permet à la Commission de faire valoir que le front du refus de ses propositions, emmené par le Royaume-Uni, est plus faible qu'il ne serait avec Paris.

"Sur la proposition de mettre en place un mécanisme temporaire de répartition dans l'Union européenne des demandeurs d'asile ayant un besoin manifeste de protection (...) la France est pleinement favorable à ce que ces

personnes -et uniquement celles-là- puissent être, de manière temporaire et selon des paramètres à discuter de manière approfondie, réparties plus équitablement", peut-on y lire.

RECONDUITE À LA FRONTIÈRE

Le gouvernement juge inacceptable que cinq États -Italie, Royaume-Uni, Allemagne, France et Suède- fournissent 75 % de l'effort total des Vingt-Huit en matière de demande d'asile.

"En revanche, la France est et restera opposée à toute idée de quotas en matière de demande d'asile, la demande d'asile étant un droit, attribué à partir de critères objectifs et ne pouvant faire l'objet d'un contingentement", poursuit cette communication, en rejetant aussi les quotas d'immigrés illégaux.

Ces derniers "doivent, dès leur entrée sur le territoire de l'Union, faire l'objet de procédures de reconduite vers leurs pays d'origine", concluent Laurent Fabius et Bernard Cazeneuve.

La France a fourni des moyens pour la surveillance des côtes d'Afrique du Nord, veut une résolution onusienne pour neutraliser ou rendre hors d'usage les navires des "passeurs" et prône des gardes-frontières, l'ensemble de ces propositions devant être étudiées lors du Conseil européen du 25 juin.

A Strasbourg, la Commission européenne a critiqué mercredi les pays qui demandent de sauver les migrants en Méditerranée mais refusent de les accueillir.

Frans Timmermanns, son premier vice-président, a précisé devant le Parlement européen que son mécanisme de "relocalisation temporaire" des demandeurs d'asile serait présenté en détails la semaine prochaine.

RÉPARTIR 20.000 DEMANDEURS D'ASILE

La Commission avait évoqué mercredi dernier le nombre de 20.000 demandeurs d'asile à répartir au sein des Etats membres pour les deux prochaines années.

"Il n'est pas acceptable de dire aux quatre coins de l'Union européenne 'arrêtez les noyades', tout en disant 'mais qu'ils ne viennent pas chez nous'", a déclaré Frans Timmermanns en affichant sa volonté de lutter contre l'immigration illégale.

"Trop souvent dans nos pays, ceux qui méritent l'asile parce qu'ils fuient la guerre, la persécution, sont perçus comme des profiteurs parce que nous n'avons pas su de manière efficace renvoyer chez elles les personnes qui ne méritaient pas l'asile."

Le commissaire européen chargé des migrations, Dimitris Avramopoulos, a annoncé la mise à disposition des Etats membres de 15 millions d'euros pour soutenir l'accueil des réfugiés.

"Notre voisinage immédiat est en feu", a-t-il souligné en rappelant que 620.000 personnes avaient demandé l'asile dans un pays de l'Union européenne en 2014 et que plus de 80.000 migrants avaient déjà atteint ses côtes cette année.

La délégation socialiste française au sein du Parlement européen, tout comme l'ensemble de la gauche mais aussi les libéraux-démocrates et le Parti populaire européen, groupe de centre-droit dont l'UMP est membre, ont aussi apporté leur soutien au projet de la Commission.

(Yves Clarisse, avec Elizabeth Pineau à Paris et Gilbert Reilhac à Strasbourg, édité par Chine Labbé)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.