Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Otan : la Russie menace la Suède et la Finlande en cas d'adhésion
information fournie par Boursorama avec Media Services15/04/2022 à 13:40

La Russie avait déjà menacé jeudi de renforcer son arsenal nucléaire dans la zone.

Helsinki et Stockholm réfléchissent à rejoindre l'Alliance atlantique en réaction à l'offensive militaire russe contre l'Ukraine. ( AFP / KENZO TRIBOUILLARD )

Helsinki et Stockholm réfléchissent à rejoindre l'Alliance atlantique en réaction à l'offensive militaire russe contre l'Ukraine. ( AFP / KENZO TRIBOUILLARD )

La Russie a averti vendredi 15 avril la Suède et la Finlande qu'une adhésion à l'Otan aurait des conséquences pour eux et pour la sécurité européenne.

Ces pays "doivent comprendre les conséquences d'une telle mesure pour nos relations bilatérales et pour l'architecture sécuritaire européenne dans son ensemble", a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, dans un communiqué. "Être membre de l'Otan ne peut renforcer leur sécurité nationale. De facto, (la Finlande et la Suède) seront la première ligne de l'Otan ", a-t-elle encore indiqué.

Helsinki et Stockholm réfléchissent à rejoindre l'Alliance atlantique en réaction à l'offensive militaire russe contre l'Ukraine.

1.300 km de frontière avec la Russie

Jeudi, déjà, l'ex-président russe et actuel numéro deux du Conseil de sécurité de Russie Dmitri Medvedev a affirmé que si la Finlande ou la Suède rejoignaient l'Otan, la Russie renforcerait ses moyens militaires, notamment nucléaires, en mer Baltique et près de la Scandinavie.

La Finlande, qui a quelque 1.300 km de frontière avec la Russie, décidera "d'ici quelques semaines" sur une candidature à l'Otan , selon sa Première ministre.

La Suède n'exclut pas elle non plus de rejoindre l'alliance militaire occidentale, mais semble plus en retrait que sa voisine.

La Russie considère l'Alliance comme une menace existentielle, et son offensive en Ukraine a été notamment justifiée par le Kremlin par les ambitions atlantistes de Kiev et le soutien politique et militaire occidental à ce voisin de la Russie.

31 commentaires

  • 16 avril05:18

    Igor Smirnov, séparatiste de Transnistrie refusa le statut d'autonomie et l'armée Moldavie a duintervenir car Alexandre Lebed occupait une ville de Moldavie qui ne fait pas partie de la Transnistrie