Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Négationnisme: la "loi Gayssot" jugée conforme à la Constitution

Reuters08/01/2016 à 12:22

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL VALIDE LA "LOI GAYSSOT"

PARIS (Reuters) - Répétition coquille.

Le Conseil constitutionnel, saisi par le négationniste Vincent Reynouard, a validé vendredi la loi réprimant la contestation des crimes contre l'Humanité commis pendant la Seconde Guerre mondiale.

L'ancien professeur de mathématiques, radié de l'Education nationale, avait été condamné en appel en juin dernier à un an de prison pour une vidéo dans laquelle il critiquait la "propagande" du 70e anniversaire du Débarquement de Normandie.

Le film contestait le devoir de mémoire inculqué aux jeunes générations et mettait en question la visite des camps de concentration par des collégiens et lycéens.

Vincent Reynouard s'était pourvu en cassation et avait posé une Question prioritaire de constitutionnalité (QPC) sur l'article 24 bis de la loi sur la presse de juillet 1881 complété par la "loi Gayssot" de 1990.

Il institue un délit de contestation d'un ou plusieurs crimes contre l'Humanité. Il a été introduit en novembre 2014 dans le Code pénal de façon à poursuivre les infractions liées au racisme, à l'antisémitisme, à l'homophobie selon une procédure de droit commun.

Pour Vincent Reynouard, en n'incriminant que la négation de certains crimes contre l'Humanité, la loi introduit une discrimination injustifiée entre les victimes de ces crimes.

L'ancien professeur a également mis en avant une atteinte aux libertés d'expression et d'opinion.

Dans leur décision, les Sages ont écarté ces griefs, soulignant notamment que le législateur a "traité différemment des agissements de nature différente" en reconnaissant la spécificité de la Shoah.

"Cette différence de traitement est en rapport avec l'objet" de la loi Gayssot "qui vise à réprimer des actes racistes, antisémites ou xénophobes", écrivent-ils.

L'article 24 bis fait référence aux crimes contre l'Humanité définis par le statut du tribunal militaire international de Nuremberg, une définition qui exclut les crimes antérieurs et postérieurs à la Seconde guerre mondiale.

"Le Conseil retient qu’il existe une différence objective entre l’Holocauste et les autres crimes contre l’humanité", s'est félicité Patrice Spinosi, avocat de la Licra et du Mrap, à l'origine des poursuites contre Vincent Reynouard.

"D’abord car les crimes nazis sont condamnés par une juridiction internationale, ensuite et surtout car leur négation est en soi porteuse d’un propos raciste et antisémite", ajoute-t-il.

(Gérard Bon)

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • delapor4
    08 janvier16:21

    Quelle honte pour la France de graver dans le marbre de la Loi la "vérité des vainqueurs"! Et cela alors que la "Justice" na jamais trouvé opportun depuis maintenant 70 ans d'expertiser aucune de ces fameuses "ch. à g." alléguées !

    Signaler un abus

  • delapor4
    08 janvier14:20

    Honte à la France !

    Signaler un abus

  • dupon666
    08 janvier13:28

    je croyais que la liberte d'expression etait sacrée...on ne serait plus charlie alors..

    Signaler un abus

  • berkowi
    08 janvier13:04

    Je serai vous, j'attaquerai le conseil constitutionnel avec de tels arguments !

    Signaler un abus

  • Berg690
    08 janvier12:36

    Il faut donc se référer aux crimes contre l'Humanité définis par le statut du tribunal MILITAIRE international de Nuremberg,pour justifier en 2016 du deux poids, deux mesures. Une W3 aura aussi sont tribunal qui jugera les crimes des vainqueurs de la précédente.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.