1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

My Hospi Friends : le réseau social qui connecte les malades
Le Point11/05/2014 à 11:12

À 31 ans, Julien Artu vient de créer My Hospi Friends, le premier réseau social pour mettre en contact les patients.

Un terrible accident de voiture. Voilà ce qui a conduit Julien Artu à créer My Hospi Friends, le premier réseau social destiné à connecter les patients en milieu hospitalier. En septembre 2011, il percute de plein fouet un pilier de pont. Cinq mois d'hospitalisation s'ensuivront. Une fois l'inquiétude de ses proches passée, les visites se font de plus en plus rares. Et la solitude pointe le bout de son nez. Cloué sur son lit, Julien regrette de ne pas pouvoir échanger avec les autres malades. De fil en aiguille, il se prend à imaginer à quoi pourrait ressembler le Facebook de l'hôpital. Après plus d'un an de tergiversations, ce geek revendiqué décide de donner naissance à son projet, poussé par sa femme, directrice stratégique d'un grand groupe industriel. Début avril, c'est la consécration. L'hôpital Foch, à Suresnes (Hauts-de-Seine), devient le premier établissement hospitalier à s'offrir My Hospi Friends. L'hôpital a déboursé un peu moins de 10 000 euros pour une licence valable deux ans. Car, à la différence des autres sites destinés aux malades, My Hospi Friends refuse de revendre les données de ses utilisateurs et ne compte pas se financer à l'aide de la publicité. Julien Artu explique au Point.fr que le prix de la licence varie en fonction du nombre de lits : "Ça n'aurait aucun intérêt, par exemple, de proposer notre site à un service de gériatrie." "J'y crois à fond" En à peine plus d'un mois, une centaine de patients...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer