Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Manuel Valls rembourse une partie de son voyage à Berlin

Reuters11/06/2015 à 09:20

SAINT-DENIS DE LA REUNION (Reuters) - Manuel Valls a tenté jeudi d'éteindre la polémique sur son déplacement à Berlin pour la finale de la Ligue des champions en annonçant le remboursement du voyage de ses enfants et en assurant qu'il ne "le referai[t] pas".

Le Premier ministre a toutefois maintenu que son déplacement-éclair, samedi soir dernier, obéissait à des impératifs officiels : des discussions avec les instances dirigeantes de l'UEFA, en vue notamment de l'organisation de l'Euro 2016 en France.

Manuel Valls était sous le feu des critiques, y compris dans son camp, depuis ce vol à bord d'un avion gouvernemental, avec deux de ses enfants, pour assister au match entre la Juventus de Turin et le FC Barcelone, club dont il est supporter.

Les raisons aussitôt alléguées - une rencontre avec le président de l'UEFA Michel Platini - n'ont pas convaincu et le chef du gouvernement s'est vu contraint d'esquisser un mea culpa à son arrivée jeudi à La Réunion, où il est en visite officielle avant une étape à Mayotte.

"Je me dois d'incarner un comportement parfaitement rigoureux, il ne peut donc y avoir la moindre place pour le doute", a-t-il souligné lors d'une déclaration à la presse, ajoutant avoir été "sensible, bien sûr, à la réaction des Français" qui réprouvent majoritairement son voyage.

"Si c'était à refaire, je ne le referais pas. Et pour lever toute ambiguïté, tout doute, j'ai décidé d'assumer la prise en charge du voyage pour mes deux enfants", a-t-il dit, tout en indiquant que le déplacement de ces derniers n'avait pas coûté "un euro supplémentaire aux contribuables".

Le montant du remboursement représente 2.500 euros.

"Notre pays n'a pas besoin de polémique inutile", a conclu Manuel Valls.

Même s'il a fait amende honorable, le Premier ministre a expliqué que c'était son rôle de "représenter la France dans de grands événements sportifs alors que notre pays va organiser de grandes compétitions".

"Les Français comprennent qu'un Premier ministre qui se déplace avec un important service de sécurité doit utiliser un avion gouvernemental", a-t-il dit.

FABIUS CRITIQUE LA COMMUNICATION DE VALLS

Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a défendu un déplacement "parfaitement justifiable" mais implicitement reproché au chef du gouvernement la gestion de ce premier faux-pas majeur depuis sa nomination à Matignon en mars 2014.

"La communication, peut-être, n'a pas été ce qu'elle aurait dû être", a-t-il commenté sur RMC Info et BFM TV, tout en saluant une "bonne" décision.

Le parti d'opposition Les Républicains a jugé le geste insuffisant.

"Ce n'est pas le remboursement des billets de ses enfants qu'il faut qu'il fasse, c'est qu'il reconnaisse la faute et qu'il paye sa propre place et celle de ses enfants parce que ce voyage n'avait pas de raison d'être", a estimé l'un des porte-parole de LR, Sébastien Huyghe, sur iTELE.

Nicolas Sarkozy, épinglé récemment pour s'être rendu en jet privé à un meeting au Havre (Seine-Maritime), "est choqué de la manière dont Manuel Valls a pris les choses avec beaucoup de légèreté", a-t-il ajouté.

Xavier Bertrand, ancien ministre de Nicolas Sarkozy, a raillé l'initiative.

"Il réinvente un nouveau dicton : 'faute avouée à moitié remboursée'", a-t-il réagi sur Europe 1.

"Des conneries, a-t-il poursuivi, tout le monde en a fait dans l'exercice des responsabilités, mais si personne n'a compris aujourd'hui que les Français ne supportent plus le moindre écart en terme d'exemplarité, on n'a rien compris. Et le Premier ministre, il a mis beaucoup trop de temps".

"Il a fallu cinq jours pour avoir un mot pour comprendre l'émotion des Français", a déploré le député.

Pour Barbara Pompili, députée Europe Ecologie-Les Verts (EELV), "la polémique est close et il faut que maintenant chaque politique sache que plus rien ne passera".

L'ancien ministre de l'Economie Pierre Moscovici, aujourd'hui commissaire européen, a souligné sur RTL que l'intégrité de Manuel Valls "ne peut pas être mise en doute".

(Sophie Louet avec Bernard Grollier à Saint-Denis de la Réunion)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.