Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Manuel Valls ouvre des consultations sur l'embauche dans les PME

Reuters31/05/2015 à 19:15

PARIS (Reuters) - Manuel Valls se lance lundi dans un marathon de consultations avec les partenaires sociaux sur un ensemble de mesures visant à doper les embauches dans les petites et moyennes entreprises (PME), sur fond de taux de chômage record.

Une douzaine d'entretiens sont prévus lundi et mardi avec les représentants du patronat et des organisations syndicales. Le chef du gouvernement pourrait dévoiler mardi les premières pistes du plan qui sera présenté le 9 juin à l'issue d'un conseil des ministres restreint à l'Elysée.

Concurrence déloyale des travailleurs détachés, relations entre sous-traitants et donneurs d'ordre, délais de paiement : de nombreuses pistes sont à l'étude, dit-on à Matignon où l'on reste prudent concernant un nouveau contrat de travail plus souple réclamé par le patronat.

"Ce n'est pas un sommet sur le contrat de travail", souligne-t-on dans l'entourage de Manuel Valls où l'on prévient qu'il n'y a pas "de cagnotte magique" pour un nouvel effort financier en terme d'allègement de charges sociales ou de mesures fiscales.

"Beaucoup a été fait déjà en matière d'allègement du coût du travail, de simplification et de soutien à l’activité, mais il faut aller plus loin et rechercher de nouveaux leviers pour agir", explique-t-on.

Certaines mesures retenues par le gouvernement seront intégrées par voie d'amendements à la loi Macron qui sera examinée à la mi-juin à l'Assemblée nationale en deuxième lecture.

"NIET" DE LA CFDT

La question de la modification du contrat de travail, réclamée par le patronat, continue de susciter des crispations.

Dans une interview au Journal du Dimanche, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, prévient qu'il dira "niet" à "toute vélléité" allant dans ce sens. "Le patronat quémande sans se soucier de ses responsabilités, le gouvernement doit savoir lui dire stop", dit-il.

L'UPA (Union professionnelle artisanale), qui sera reçue à Matignon lundi soir, appelle de son côté dans un communiqué publié dimanche à "lever les freins à l'embauche" dans les TPE et PME.

L'organisation patronale demande notamment au gouvernement de porter la période d'essai du contrat d'apprentissage de deux à six mois pour permettre à l'apprenti de changer d'orientation.

Elle appelle en outre à transformer le CICE en baisse directe de charges sociales, notamment par la suppression de la cotisation d’allocations familiales, et à un meilleur soutien des entreprises par les banques.

Selon un sondage Ifop publié dans Le Journal du Dimanche, 48% des Français estiment que Manuel Valls est en mesure de mener à bien des réformes dans le domaine économique et social.

Interrogés sur les pistes de réformes, 72% de Français se disent favorables à la mise en place de conditions plus strictes pour bénéficier d'allocations logement.

Ils sont 64% à soutenir le plafonnement du montant de l'allocation chômage pour les cadres supérieurs ou dirigeants et 53% le "plafonnement du montant des indemnités de licenciement gagnables aux prud'hommes".

En revanche, ils ne sont que 37% à se dire favorables à la simplification des licenciements dans les PME et 32% à l'allongement à 67 ans de l'âge de départ à la retraite dans le privé pour bénéficier d'une retraite complémentaire pleine.

Les consultations entre le gouvernement et les partenaires sociaux sur l'embauche dans les PME surviennent à l'heure où le taux de chômage est à un niveau record en France avec 3.509.800 demandeurs d'emploi de catégorie A (sans aucune activité) enregistrés en mars.

Les chiffres du chômage du mois d'avril seront connus lundi soir.

(Julien Ponthus, avec Marine Pennetier)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.