Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Manuel Valls demande à Bruxelles d'agir pour l'agriculture

Reuters25/02/2016 à 19:26

BRUXELLES PROMET D'AGIR POUR LES ÉLEVEURS

par Simon Carraud

PARIS (Reuters) - Manuel Valls a demandé jeudi à la Commission européenne de présenter à la mi-mars des propositions "fortes" pour résoudre la crise agricole, sous peine selon lui de menacer l'ensemble du projet européen, ce que l'institution a promis de faire.

Le Premier ministre a annoncé la semaine dernière de nouvelles mesures d'aide mais les agriculteurs, relayés en cela par le gouvernement, réclament également une réponse européenne, seule à même selon eux de traiter le mal par la racine.

"Nous demandons des mesures communautaires à la hauteur de la situation", a dit Manuel Valls après une rencontre avec le commissaire européen à l'Agriculture, Phil Hogan, en présence du ministre français de l'Agriculture, Stéphane Le Foll.

"Sans cela (...), c'est le lien de confiance qui existe entre la France et l'Union européenne qui risque de se fissurer. L'Europe connaît déjà suffisamment de crises et de défis, menaces terroristes, crise des réfugiés, il ne (faudrait) pas que se rajoute une crise agricole majeure qui mettrait en cause le projet européen", a-t-il ajouté.

Selon lui, la Commission européenne et la France font désormais le même constat, celui d'une surproduction dans les secteurs du porc et du lait, et s'accordent sur la nécessité de prendre des initiatives pour enrayer la chute des cours, notamment en obtenant la levée de l'embargo sanitaire russe.

Lors d'une conférence de presse distincte, Phil Hogan s'est dit "conscient des graves difficultés que rencontrent les producteurs français et européens dans un certain nombre de secteurs".

"Et nous sommes convenus de la nécessité d'adopter toutes les mesures appropriées", a-t-il ajouté.

"ON VA TRAVAILLER"

Le commissaire européen a fait ce déplacement dans un climat électrique, après plusieurs semaines de manifestations des producteurs, notamment dans l'Ouest de la France, et à deux jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Il prévoit de s'y rendre en milieu de semaine prochaine, avant le rendez-vous crucial du 14 mars à Bruxelles, lors de la réunion des ministres de l'Agriculture des Vingt-Huit.

"D'ici-là, on va travailler pour faire en sorte que la Commission puisse faire, dans le sens que nous souhaitons, des propositions", a déclaré Stéphane Le Foll à l'issue de la réunion à Matignon.

Les syndicats agricoles, la FNSEA en tête, demandent davantage d'outils de régulation des marchés, une solution à l'embargo russe qui les prive d'un débouché important et un meilleur étiquetage de la viande, des exigences proches des propositions françaises soumises à Bruxelles.

Pour désamorcer l'exaspération du monde agricole, le gouvernement a promis la semaine dernière de nouvelles aides sous la forme d'une baisse de sept points des cotisations sociales, un effort pour l'Etat évalué à 500 millions d'euros.

Manuel Valls a souligné qu'avec la baisse de trois points des cotisations famille en vigueur depuis janvier 2015, la baisse pour les agriculteurs était de dix points.

Le Premier ministre a précisé que les agriculteurs dont le revenu de l'an dernier avait été très faible pourraient bénéficier d'une "année blanche sociale".

Le région Bretagne a en outre annoncé lundi dernier de nouveaux crédits alloués la filière porcine, particulièrement frappée, portant le total des aides régionales pour 2016 à 30 millions d'euros.

(Avec Gus Trompiz, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.