Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Macron et le gouvernement "confiants" avant une rentrée houleuse

Reuters28/08/2017 à 18:15

LE GOUVERNEMENT "CONFIANT" AVANT UNE RENTRÉE HOULEUSE

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - L'exécutif est confiant et serein avant une rentrée qu'il sait délicate, a déclaré lundi Edouard Philippe, à quelques jours du premier mouvement social du quinquennat et de l'annonce d'économies draconiennes sur fond de chute dans les sondages.

Les prochaines semaines doivent permettre de tenir les promesses de campagne d'Emmanuel Macron et de "résorber les difficultés qui nous minent depuis 25 ans", a ajouté le Premier ministre après le séminaire de rentrée du gouvernement.

"Nous avons confiance. Nous avons confiance dans le fait que le pays a besoin de transformations et que les Français le savent", a-t-il dit devant les journalistes.

"Le débat public, c'est un exercice parfois délicat" quand on réforme le pays, a-t-il ajouté. "Notre conviction, c'est que nous pouvons le faire, que nous allons le faire. Nous abordons cette rentrée avec confiance, je dirais même avec une grande sérénité, avec une très grande détermination."

En ouvrant le séminaire à l'Elysée, Emmanuel Macron a lui-même souligné que "certains prédisent le pire".

Sa cote de popularité a plongé de 14 points en août, après une chute de dix points en juillet, pour s'établir à 40% de bonnes opinions, dans le baromètre Ifop-JDD.

Pour Emmanuel Macron, "les vraies difficultés arrivent, les vrais risques de rupture avec l'opinion publique se présentent", souligne Gaël Sliman, président de l'institut de sondages Odoxa.

RÉFORMES À RISQUES, ÉCONOMIES DRACONIENNES

Jeudi sera une étape importante, avec la présentation des ordonnances modifiant le droit du travail, dont le contenu pourrait décider certains syndicats à emboîter le pas à la CGT, qui appelle à manifester le 12 septembre.

Sans attendre cette date, le syndicat Solidaires compte déclencher une première salve mercredi, en marge de l'université d'été du Medef à Jouy-en-Josas (Yvelines).

La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon organise quant à elle une journée d'action le 23 septembre et les principaux syndicats étudiants, Fage et Unef, n'excluent pas de manifester.

Selon un sondage Odoxa pour RTL publié lundi, 63% des Français ne font pas confiance au président et au gouvernement pour réformer le droit du travail.

Huit français sur dix pensent que la réforme aboutira à un mouvement de contestation sociale généralisée.

Diminution des budgets en cours d'exercice, rabotage des aides au logement, gel du point d'indice des fonctionnaires, rétablissement pour eux d'un jour de carence et report à l'automne 2018 d'une partie de la baisse des cotisations ne sont qu'un avant-goût des mesures d'économies à venir.

Le gouvernement présentera les 27 et 28 septembre les projets de budgets de l'Etat et de la Sécurité sociale, dans lesquels il prévoit de réaliser une vingtaine de milliards d'euros d'économies.

Après la réforme du droit du travail seront engagées celles de l'assurance chômage et des retraites, deux autres chantiers à risque.

"Gouverner et préparer un budget, c'est choisir. Et choisir, c'est parfois difficile", a dit Edouard Philippe. "Notre objectif est simple, c'est de commencer à réparer le pays."

PARLER AUX FRANÇAIS

Entre le séminaire et le conseil des ministres de mercredi, le président sera de nouveau plongé dans les dossiers européens et internationaux.

Il recevait lundi après-midi la chancelière Angela Merkel, le président du Conseil italien, Paolo Gentiloni, le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, les présidents nigérien et tchadien, Mahamadou Issoufou et Idriss Deby, et le Premier ministre libyen, Fayez Seraj, pour parler migrations.

Mardi, il s'adressera aux ambassadeurs de France, avant de rencontrer à Luxembourg les Premiers ministres luxembourgeois et belge, Xavier Bettel et Charles Michel.

Déjà retenu loin de France la semaine dernière par une tournée en Europe centrale et orientale de trois jours, le chef de l'Etat réfléchit à une façon de s'adresser aux Français et pourrait prendre la parole très prochainement.

"Il considère qu'on parle quand on a quelque chose à dire (...), quand le moment est pertinent, utile, quand il y a un moment politique. Là, on est dans un moment utile", explique-t-on dans son entourage.

(avec Marine Pennetier, Myriam Rivet et Caroline Paillez, édité par Sophie Louet)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.