Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les négociations sur l'Unedic prennent un tour politique

Reuters28/03/2017 à 13:52

LES NÉGOCIATIONS SUR L'UNEDIC PRENNENT UN TOUR POLITIQUE

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Les négociations entre partenaires sociaux sur l'assurance chômage, entrées mardi dans une phase décisive, ont pris un tour très politique, à 26 jours d'une élection présidentielle qui s'est invitée dans ce classique bras de fer syndicats-patronat.

Au moment où les délégations se retrouvaient au siège du Medef, l'organisation patronale auditionnait des candidats dans une salle de cinéma, dont Emmanuel Macron et François Fillon, qui remettent en cause le fonctionnement de ce système.

L'assurance chômage, aujourd'hui en déficit chronique, est cogérée depuis 60 ans par les syndicats et le patronat, engagés dans une course contre la montre avant la présidentielle.

Le négociateur du Medef, Alexandre Saubot, a arraché lundi au conseil exécutif de l'organisation patronale un mandat a minima pour tenter de sortir les discussions de l'impasse où elles menacent de s'enliser comme en juin 2016.

Le projet d'accord transmis lundi soir aux syndicats propose une "contribution temporaire exceptionnelle", portée mardi par le patronat à 0,05% de l'assiette des cotisations chômage hors intérim, selon les participants aux discussions.

Cette contribution à la charge des employeurs, qui serait mise en place pour trois ans maximum, représente environ 250 millions d'euros de recettes pour l'Unedic en année pleine.

Ce geste est cependant assorti de la suppression de la surtaxe des contrats de moins de trois mois, hors intérimaires, saisonniers ou remplaçants, prévue par un accord national interprofessionnel de 2013 (environ 70 millions d'euros par an).

Le patronat entend aussi le compenser par une baisse des cotisations versées par les entreprises à l'Assurance garantie des salaires (AGS), qui prend en charge les salaires et indemnités de licenciement des sociétés défaillantes.

BASE DE DISCUSSION

Le patronat reste en revanche hostile à une mesure générale de type bonus-malus, souhaitée par les syndicats, pour les contrats de travail de moins d'un mois. Il propose seulement d'"inviter" les secteurs concernés à ouvrir des discussions sur les moyens d'inciter les entreprises à "modérer" leur usage.

Son projet d'accord entrouvre cependant une porte en stipulant que l'Etat et les partenaires sociaux pourront "le cas échéant" être "interpellés" au niveau interprofessionnel et national pour "faciliter ou rendre possible" ces incitations.

De fait, hormis la CGT, qui a jugé "inacceptable" ce projet, le ton était plutôt mardi à la conciliation du côté syndical.

"C'est une base pour commencer la discussion mais on compte bien (...) que le texte évolue encore", a dit à son arrivée la négociatrice de la CFDT, Véronique Descacq. "Il faut continuer à travailler sur le sujet contrats courts."

"Il y a encore des marges de progrès sur tout", a renchéri son homologue de FO, Michel Beaugas, qui a pour sa part lâché du lest sur la question des seniors et admet, comme d'autres négociateurs, que l'enjeu est autant politique que social.

Un enjeu évoqué par des dirigeants syndicaux et patronaux vendredi, en marge d'une table ronde sur le dialogue social à Lille, dont les numéros un de la CFDT et de FO, Laurent Berger et Jean-Claude Mailly, et Alexandre Saubot.

"On a pu converger sur un certain nombre de choses" dont "le fait que plus nous serons nombreux à signer cet accord, plus il aura de poids face au futur gouvernement", a ainsi confié Michel Beaugas, qui a assisté à ces échanges.

MACRON SALUE LE PROJET DU MEDEF

Du côté syndical, on estime que le patronat a relancé ces négociations en février parce qu'il ne croit plus à la victoire du candidat de la droite, François Fillon, embourbé dans les soupçons d'emplois fictifs dont aurait bénéficié sa famille.

"Le Medef a repris les négociations parce qu'il y a la proposition de Macron d'étatiser l'assurance chômage", estime le négociateur de FO, même si une partie du patronat ne serait sans doute pas chagriné de voir l'Etat reprendre la main.

Emmanuel Macron veut notamment transférer les cotisations chômage des salariés sur la contribution sociale généralisée (CSG). Mais, surtout, l'ancien ministre de l'Economie regrette que l'Etat garantisse la dette de l'Unedic "sans avoir vraiment son mot à dire" et propose de confier son pilotage à l'Etat.

Lors de son audition par le Medef, lundi matin, il a jugé le projet d'accord patronal "très cohérent avec (sa) philosophie".

"Je suis favorable à cette dynamique d'accord et je la prendrai si je suis élu comme telle parce qu'elle contribue à améliorer le système", a-t-il déclaré.

"Pour autant, elle n'épuise pas le champ que j'ouvre par ailleurs et donc ce que je souhaite faire plus largement", a cependant ajouté le candidat d'En Marche !

François Fillon veut pour sa part que syndicats et patronat s'accordent vite sur un plan de redressement des comptes de l'Unedic, dont la dette était de 30 milliards d'euros fin 2016.

"A défaut d'accord, l'Etat prendra ses responsabilités en réformant lui-même la gestion du régime d'assurance chômage", lit-on dans son programme, qui propose par ailleurs de mettre en place une dégressivité des allocations.

(Avec Michel Rose, édité par Sophie Louet)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.