Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les éleveurs restent très mobilisés contre Lactalis à Laval

Reuters24/08/2016 à 16:07

FORTE MOBILISATION À LAVAL DES ÉLEVEURS CONTRE LACTALIS

LAVAL, Mayenne (Reuters) - A la veille d'une réunion à Paris entre producteurs de lait et représentants du groupe Lactalis, les éleveurs ont intensifié leur mobilisation à Laval (Mayenne), près du siège du géant laitier avec le soutien d'agriculteurs d'une dizaine de départements du grand ouest.

Aux abords du bâtiment de verre qui abrite les services administratifs de Lactalis et d'une plate-forme logistique dont les accès ne laissent plus sortir aucun camion, deux cents à trois cents éleveurs se relaient jour et nuit depuis lundi soir sur un campement de fortune.

Sur les grilles de l'entreprise, des banderoles prenant pour cible Lactalis, qualifié de "voleur", ou Emmanuel Besnier, son PDG, ont été déployées pour dénoncer la politique tarifaire du leader mondial des produits laitiers.

"Ton père nous faisait vivre, toi tu nous fait crever", proclame l'une d'elles, allusion aux deux dernières générations de la famille Besnier qui ont dirigé ce groupe familial.

"On ne cédera pas sans avoir de résultat. On est parti pour une longue bagarre", estime Didier Lucas, président de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) des Côtes d'Armor, venu mercredi sur place avec une cinquantaine d'autres éleveurs de son département.

"Il faut que le leader mondial des produits laitiers tire les prix vers le haut", ajoute ce responsable syndical, qui n'attend pas toutefois d'annonce décisive à l'issue de la réunion prévue jeudi à la Maison du lait à Paris, où sera négociée une meilleure rétribution des producteurs.

Actuellement payés 257 euros les mille litres de lait par l'entreprise mayennaise, ces derniers réclament dans un premier temps au moins quelques dizaines d'euros supplémentaires et surtout des mécanismes de fixation des prix plus équilibrés entre le transformateur et ses producteurs.

"Actuellement, on perd environ 2.800 euros par mois, sans même parler de notre rétribution, pour 70 heures de travail par semaine. Mais on n'est plus au temps des serfs", s'insurge Yvon Boutier, producteur de lait de la région de Guingamp.

"Il faut savoir si la France veut encore une agriculture et des territoires vivants", ajoute cet administrateur de la chambre d'agriculture des Côtes d'Armor, qui estime que la Bretagne, première région laitière française, pourrait perdre 30% de ses éleveurs laitiers d'ici la fin de l'année.

"Les agriculteurs n'ont pas peur du travail mais ils ne sont pas considérés", se désole-t-il, estimant que "l'agriculture et la ruralité" devraient être décrétées "grande cause nationale", compte tenu des multiples crises que traversent les campagnes.

Mercredi, des opérations de contrôle des prix et des étiquetages des produits laitiers ont été menées en Mayenne et dans les Côtes d'Armor. Elles pourraient continuer au cours des prochaines semaines, ont fait savoir les syndicats agricoles.

(Pierre-Henri Allain, édité par Emmanuel Jarry)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.