Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le "Vallsgate" fissure l'image du Premier ministre

Reuters11/06/2015 à 17:41

par Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - La polémique provoquée par le voyage de Manuel Valls à Berlin pour la finale de la Ligue des Champions risque de laisser des traces dans l'opinion, même si les conséquences politiques restent pour l'heure limitées, estiment des analystes.

En terme d'image, la facture s'annonce autrement plus lourde pour le Premier ministre que les 2.500 euros qu'il s'est engagé à rembourser pour avoir invité deux de ses enfants à bord du jet de l'Etat pour se rendre de Poitiers à Berlin samedi dernier pour assister au match entre la Juventus et Barcelone, son club de prédilection.

"Si l'on se cantonne à l'image de Manuel Valls, ce qui s'est passé va laisser des traces", estime Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion de l'Ifop.

Bâtie sur l'autorité, le professionnalisme et une grande maîtrise de la communication, la marque de fabrique du Premier ministre contraste avec cette polémique qui évoque le "bling-bling" dénoncé par la gauche lors du mandat de Nicolas Sarkozy.

Interrogé sur Europe 1, le député radical Olivier Falorni, un ex-socialiste, a estimé mercredi que cet épisode pourrait "devenir le sparadrap du capitaine Haddock, c'est-à-dire une affaire que l'on se traîne comme un boulet, comme Sarkozy s'est traîné le Fouquet's pendant tout son quinquennat".

"On est sur un sujet sur lequel les Français sont devenus extrêmement sourcilleux et les réactions épidermiques", analyse Jérôme Fourquet, un avis confirmé par un sondage de l'institut Elabe pour BFMTV, selon lequel 77% des Français sont "choqués".

Nommé par François Hollande pour "faire du Valls" et mettre un terme aux "couacs" à répétition du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre a mis plusieurs jours avant de prendre la mesure de l'émotion et admettre son erreur jeudi.

Chargé à Matignon de la communication de Lionel Jospin de 1997 à 2002, Manuel Valls passe pour l'un des meilleurs communicants de sa génération mais semble avoir sous-estimé l'irritation de l'opinion, notamment après l'affaire des notes de taxis de l'ancienne directrice de l'Ina.

"COUP DE CANIF"

"Cela peut mener à un affaiblissement momentané de sa crédibilité", estime Jérôme Fourquet, pour qui cet incident gâche la séquence de sa "victoire" au congrès du Parti socialiste, où sa ligne l'a emporté face aux "frondeurs", et de ses annonces mardi pour doper l'embauche dans les PME.

"Tous les effets d'annonce sur les PME et les TPE ont été parasités par cette affaire-là", estime le politologue.

Pour ce dernier, l'agenda "réformiste" de Manuel Valls n'est pas menacé car "les frondeurs ne sont pas suffisamment puissants pour pouvoir renverser l'équilibre" politique de la majorité.

Manuel Valls reste en outre protégé par sa popularité dans l'opinion, qui reste largement supérieure à celle du président, à moins que l'affaire de Berlin change la donne.

Pour Stéphane Rozès, ce trajet en Falcon "est un coup de canif qui, en soi, est insuffisant pour remettre en cause les fondamentaux" de l'image de Manuel Valls, même s'il offre des angles d'attaque à la fois à gauche, où ses ennemis sont revigorés, et à droite, où l'on fustige ses "leçons de morale".

"La critique de droite est une critique morale contre Manuel Valls alors que la critique de gauche est une critique sociale", dit le président de la société de conseil en communication Cap.

(Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.