Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le projet de l'UE sur les migrants accueilli avec scepticisme

Reuters27/05/2015 à 19:06

L'UE PROPOSE DE RÉPARTIR ENTRE LES ÉTATS MEMBRES 40.000 MIGRANTS

par Adrian Croft

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a proposé mercredi de répartir entre les Etats membres de l'Union 40.000 migrants aujourd'hui accueillis par l'Italie et la Grèce mais son projet suscite le scepticisme, voire une franche hostilité, dans bon nombre des pays concernés.

L'exécutif communautaire propose d'accepter l'entrée sur le sol de l'UE de 20.000 réfugiés supplémentaires et de les répartir entre les différents pays membres. Ce dispositif bénéficierait principalement aux réfugiés venant de Syrie et d'Erythrée.

Rome et Athènes demandent depuis des mois l'aide de l'UE pour tenter de mieux faire face à l'afflux de migrants sur leurs côtes en provenance notamment des pays africains et du Moyen-Orient touchés par des conflits.

L'Italie et la Grèce sont les deux principaux points d'entrée en Europe des migrants, dont 600.000 environ ont cherché refuge dans l'UE l'an dernier et dont plusieurs milliers ont péri en tentant de traverser la Méditerranée.

Mais un certain nombre de gouvernements ont exprimé, sans même attendre les propositions détaillées de la CE, leur opposition ou au moins leurs fortes réserves face à l'hypothèse d'une répartition de 24.000 demandeurs d'asile actuellement en Italie et de 16.000 en provenance de Grèce.

Rien n'assure donc que ces propositions recevront un soutien suffisant des gouvernements de l'UE pour assurer leur adoption.

"Il semble bien que certains Etats membres soient réticents, mais il faut qu'ils acceptent le fait qu'il ne s'agit pas seulement de mots mais d'action", a dit le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, lors d'une conférence de presse.

UNE BASE DE DISCUSSION, DIT PARIS

La clé de répartition élaborée par la Commission est fondée sur la population, la situation économique et le taux de chômage de chaque pays. L'Allemagne devrait ainsi accueillir 22% des migrants pris en compte, soit environ 8.700, et la France 16,88%, soit 6.752 au total (4.051 venant d'Italie et 2.701 venant de Grèce).

Pour Paris, ces chiffres ne constituent qu'une base de discussion.

"On va examiner la proposition de la Commission. C'est une discussion sur une base ordonnée maintenant", a déclaré à Reuters un diplomate français.

"La France est prête à prendre une part. Elle a toujours accueilli un certain nombre de demandeurs d'asile. Mais il faut que d'autres en prennent plus", a-t-il expliqué.

L'Allemagne, elle, a exprimé son soutien aux propositions de la Commission. "On peut négocier la répartition. Ce ne sera pas facile, mais la méthode est juste", a déclaré son ministre de l'Intérieur, Thomas de Maizière.

En Grande-Bretagne, le gouvernement de David Cameron a déjà annoncé qu'il ne s'associerait à aucun dispositif, ce que lui permettent les exemptions accordées au Royaume-Uni.

L'opposition est vive aussi en Europe centrale et orientale. "Les quotas obligatoires et la distribution de réfugiés sans prendre en compte leur volonté n'est pas une solution viable à la crise actuelle des migrants", a dit le Premier ministre tchèque, Bohuslav Sobotka.

Son homologue hongrois, Viktor Orban, a quant à lui estimé que le projet de Bruxelles était "à la limite de la démence".

(avec Robin Emmott, Alastair Macdonald et Tom Koerkemeier à Bruxelles, Elizabeth Pineau à Paris, Hans-Edzard Busemann à Berlin, Robert Muller à Prague; Marc Angrand pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.