Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le plus vieux massacre de l'humanité mis au jour au Kenya

Reuters21/01/2016 à 07:37

DÉCOUVERTE AU KENYA DE TRACES D'UN MASSACRE REMONTANT À L'ÂGE DE PIERRE

WASHINGTON (Reuters) - Des archéologues ont annoncé mercredi la découverte au Kenya des traces du plus vieux massacre de l'histoire de l'humanité, remontant à l'âge de pierre.

Les restes de 27 chasseurs-cueilleurs tués il y a environ 10.000 ans par un groupe d'assaillants à coups de flèches, de pierres et de bâtons ont été mis au jour sur le site de Nataruk, à une trentaine de km à l'ouest du lac Turkana, dans le nord du Kenya.

Les scientifiques ont découvert une lame acérée en obsidienne, une pierre volcanique, fichée dans le crâne d'un homme. Sur un autre squelette, ils ont trouvé les marques de deux coups mortels portés à la tête, sans doute par un gourdin, le crâne étant brisé. Une femme apparemment sur le point d'accoucher a été retrouvée avec les pieds et mains liés.

Les autres squelettes ont des traces de blessures par projectile au cou, des crânes, des mains, des genoux ou des côtes brisés.

Pour Marta Mirazón Lahr, paléontologue à l'université de Cambridge, ce groupe de chasseurs-cueilleurs a été massacré de façon préméditée par un groupe de voleurs venu peut-être d'une autre région.

"C'est une attaque brutale, physique, létale avec l'intention de tuer les individus qui pouvaient organiser une défense ou une contre-attaque, ou qui leur étaient peut-être inutiles", dit-elle.

L'intérêt de cette découverte est que de nombreux chercheurs pensent que les premiers combats entre humains n'ont commencé que bien longtemps après les nomades de Nataruk, lorsque les hommes ont commencé à se sédentariser et à posséder des biens.

Ces fossiles, souligne encore Marta Mirazón Lahr, "soulèvent la question de savoir si la guerre fait partie de l'expérience humaine depuis bien plus longtemps qu'on ne l'avait pensé".

Une attaque planifiée laisserait entendre que les ressources que possédait le groupe de Nataruk, peut-être de l'eau, de la viande ou du poisson séché, des noix, voire des femmes et des enfants, étaient jugées précieuses.

Les restes découverts sont ceux de vingt et un adultes et six enfants, la plupart de moins de six ans. Il n'y a pas d'adolescents. "Ont-ils réussi à s'échapper, ou ont-ils été enlevés ? on ne saura jamais."

L'étude est parue dans le journal Nature.

(Will Dunham; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.