Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le Parlement vote la loi sur le dialogue social

Reuters23/07/2015 à 17:44

LA LOI SUR LE DIALOGUE SOCIAL VOTÉE PAR LE PARLEMENT

PARIS (Reuters) - Le Parlement français a adopté définitivement jeudi le projet de loi sur le dialogue social, un texte de simplification de la vie des entreprises en retrait par rapport aux ambitions initiales, qui prévoyaient une réduction des "seuils sociaux".

Après l'échec d'une commission mixte paritaire (CMP) Assemblée-Sénat, les députés, qui ont constitutionnellement le dernier mot, ont procédé jeudi à sa lecture définitive.

Les groupes socialiste et radicaux de gauche ont voté pour ce texte de même que la majorité du groupe écologiste. Le Front de gauche et le droite ont voté contre, pour des motifs opposés.

"Ce texte ne porte aucune mesure pour la création d'emplois", a dit le député Les Républicains Gérard Cherpion, tandis que Patrice Carvalho (Front de gauche) jugeait "contraires aux droits d'une grande majorité des salariés" de nombreuses dispositions du texte.

Le gouvernement, qui souhaite améliorer le dialogue social pour contourner certaines rigidités du code du travail, avait demandé aux partenaires sociaux de se saisir de la question. L'échec, en janvier, de leurs négociations l'a contraint à reprendre la main, en essayant de trouver un compromis.

Le texte simplifie l'empilement des consultations et négociations obligatoires, mais ne réduit pas le nombre de "seuils sociaux" dont le franchissement impose de nouvelles contraintes, d'où le mécontentement du Medef.

Les syndicats, notamment la CFDT, y voient des avancées même s'ils regrettent un risque de fragilisation des instances représentatives des salariés.

Voici les principales mesures du projet de loi.

* Pour les très petites entreprises (TPE) de moins de 11 salariés, qui regroupent environ 4,6 millions d'emplois, création de commissions paritaires régionales, qui constitueront une forme extérieure de représentation de leur personnel.

Medef et CGPME dénoncent l'adoption d'amendements qui donneront un rôle de médiation à ces commissions dans les conflits sociaux dans les TPE et l'accès aux locaux des entreprises, avec l'accord des employeurs.

* Pour les entreprises de 50 à 300 salariés (jusqu'à 200 actuellement), possibilité de regroupement des délégués du personnel, du Comité d'entreprise et du Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) dans la délégation unique du personnel (DUP). Ce regroupement pourra être étendu aux entreprises de plus de 300 salariés par accord majoritaire d'entreprise.

* Simplification pour les entreprises du compte personnel de prévention de la pénibilité. Les employeurs n'auront plus l'obligation de remplir et de transmettre aux salariés des fiches individuelles et devront simplement déclarer en fin d'année aux caisses de retraite les salariés exposés aux facteurs de pénibilité comme les horaires de nuit.

* Création d'un compte personnel d'activité regroupant tous les droits des salariés en matière de formation, de pénibilité, d'épargne temps, etc.

* Création d'une prime d'activité destinée à soutenir les 18-25 ans faiblement rémunérés ou précaires, qui se substituera au 1er janvier 2016 à la prime pour l'emploi et à la part du revenu de solidarité active (RSA) destiné à assurer un complément de ressources aux travailleurs pauvres.

* Suppression du caractère obligatoire du CV anonyme, un dispositif prévu dans une loi de 2006 mais dont les décrets d'application n'ont jamais été publiés.

* Reconnaissance du statut des intermittents, dont l'assurance chômage est sanctuarisée.

* Vers la reconnaissance du syndrome d'épuisement personnel ("burn-out"). Un amendement a été retenu selon lequel "les maladies psychiques peuvent être considérées comme des maladies professionnelles" et le gouvernement devra remettre au Parlement un rapport sur ce sujet avant le 1er juin 2016.

(Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.