Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le gouvernement renforce les services de renseignement

Reuters19/03/2015 à 14:22

French Prime Minister Manuel Valls speaks during a news conference at the Elysee Palace in Paris

par Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - Le gouvernement a présenté jeudi un projet de loi qui renforce les services de renseignement, qui n'auront désormais plus à solliciter l'autorisation d'un juge pour des missions de surveillance et d'infiltration contre le terrorisme.

Deux mois après les attentats djihadistes qui ont fait 17 morts en France, le Premier ministre Manuel Valls a estimé que ce texte donnait des moyens appropriés à la lutte antiterroriste tout en respectant les libertés individuelles, un avis que ne partagent pas nombre d'associations et d'avocats.

"Face à l'accroissement de la menace djihadiste, il faut renforcer encore l'efficacité de la surveillance des terroristes", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

"Aujourd'hui, seul un individu sur deux qui arrive en Syrie a été préalablement détecté avant son départ, nous devons donc encore (....) resserrer les mailles du filet de la surveillance des individus radicalisés et dangereux", a-t-il ajouté en insistant sur l'attentat de mercredi en Tunisie.

En pratique, les services pourront effectuer des "interceptions de sécurité" sur les emails et les conversations téléphoniques, poser des balises sur les voitures des suspects, des micros ou des caméras à leur domicile, ou encore installer des "keyloggers", des logiciels permettant de lire et d'enregistrer en temps réel ce qu'une personne tape sur le clavier de son ordinateur.

INTERCEPTION DES COMMUNICATIONS

Le projet de loi prévoit en outre d'autoriser le recours à des appareils espions tels que l'"Imsi Catcher", une forme de relais de téléphone mobile qui permet d'intercepter sans distinction la totalité des communications téléphoniques, SMS, trafic internet dans un large rayon.

Le texte contient aussi des dispositions visant à imposer aux fournisseurs d'accès à Internet de mettre en oeuvre des systèmes de détection automatique des comportements suspects.

Le chef du gouvernement a récusé les accusations selon lesquelles cette nouvelle loi aurait été élaborée dans l'urgence et a rappelé que la décision de légiférer avait été prise par François Hollande en juillet 2014.

"Ce n'est pas un 'Patriot Act' à la française", a assuré Manuel Valls en référence aux lois antiterroristes adoptées par les Etats-Unis après les attentats du 11 septembre 2011.

La création d'une nouvelle autorité administrative, la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement, garantira selon lui le respect de la vie privée.

Ce texte encadre des pratiques déjà largement utilisées par les services mais, pour le gouvernement, la nouvelle loi donne un cadre légal à toutes ces activités.

"Il n'y aura plus de zone grise", a déclaré Manuel Valls, qui prévoit une adoption du projet de loi avant l'été.

UN PROJET "DÉVASTATEUR"

Des associations, avocats et acteurs du numérique s'inquiètent de ce projet de loi qu'ils jugent "dévastateur" pour les libertés individuelles.

"Ce projet légaliserait des pratiques de surveillance extrêmement intrusives sans autorisation préalable ni contrôle du juge, pourtant gardien des libertés individuelles", déclare Amnesty international.

"Ce projet de loi est dévastateur pour les libertés individuelles", estime le Syndicat des avocats de France (SAF), deuxième force syndicale au Conseil national des barreaux.

L'Ordre des avocats de Paris exprime également ses inquiétudes face "à un texte lacunaire réalisé sans aucune concertation préalable du monde judiciaire".

La Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) émet de sérieuses réserves, selon Le Monde, qui dit avoir consulté le futur avis.

Pour la Cnil, les dispositifs de surveillance opèrent un changement "aux conséquences particulièrement graves sur la protection de la vie privée et des données personnelles."

La Quadrature du Net, association de défense des libertés sur internet, appelle les citoyens à résister à une "incroyable dérive du gouvernement en matière de surveillance des citoyens".

"Je m'inquiète de l'approche strictement sécuritaire qui caractérise les discussions et les textes de loi visant à renforcer la lutte contre le terrorisme", a dit Nils Muiznieks, commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe.

Pour le Parti de gauche, "on ne peut tolérer que des pratiques s'inspirant du Patriot Act américain soient ainsi reconnues".

(Avec Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.