1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le FN dénonce un "harcèlement politique" contre Marine Le Pen
Reuters06/01/2016 à 09:22

LE FN SE DIT VICTIME D'UN "HARCÈLEMENT POLITIQUE"

PARIS (Reuters) - Marine Le Pen, entendue cette semaine dans le cadre d'une enquête sur le financement des campagnes électorales du FN en 2012, fait l'objet d'un "harcèlement politique", a estimé mercredi Florian Phillipot, qui a mis en cause Manuel Valls et Christiane Taubira.

"Tout cela, ce harcèlement judiciaire ressemble beaucoup à un harcèlement politique en réalité", a déclaré le vice-président du FN sur iTELE.

"Quand vous avez une ministre de la Justice, Mme Taubira, mais aussi un Premier ministre, Manuel Valls, qui passent leur journée, leur mois, leur année non pas à gouverner mais à cracher avec une violence inouïe contre (...) notre mouvement, il est évident qu'on ne peut pas être tout à fait serein sur leur capacité à gérer l'Etat et notamment la justice".

Prié de préciser ses propos, il a déclaré : "j'insinue que la justice n'est pas tout à fait indépendante en France".

Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire en avril 2014 pour escroquerie, abus de bien social, complicité et recel de ces délits visant le financement des campagnes électorales du FN.

L'enquête porte sur les liens financiers entre le microparti "Jeanne" de la présidente du FN Marine Le Pen et la société Riwal, qui s'occupe du matériel de campagne.

Les juges cherchent à savoir si le FN et "Jeanne" n'ont pas profité de facilités de paiement offertes par la société Riwal dans le cadre de campagnes électorales.

Marine Le Pen, qui était entendue mardi sous le statut de témoin assisté, n'avait pas répondu en octobre à une convocation des juges.

"Marine le Pen a pu donner ses explications et ses éclairages", a souligné mercredi Florian Philippot. "Elle a expliqué à quel point tout ce système de financement, qui est parfaitement transparent et qui a été validé quatre fois par la commission nationale des comptes de campagne (...) est parfaitement légal".

(Marine Pennetier, édité par Yann Le Guerniguou)

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • isacarno
    06 janvier10:47

    Les Peines démission!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer