Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le fisc français réclamerait 400 millions d'euros à Apple

Reuters23/11/2016 à 13:42

LE FISC FRANÇAIS RÉCLAMERAIT 400 MILLIONS D'EUROS À APPLE

PARIS (Reuters) - L'administration fiscale française réclame 400 millions d'euros à la filiale française d'Apple, en lien avec les pratiques d'optimisation fiscale mises en oeuvre par le groupe californien, indique L'Express.

Selon cet article, ce redressement ferait suite à un contrôle fiscal portant sur les années 2011 à 2013, qui avait donné lieu à une perquisition dans les locaux parisiens d'Apple en 2014.

Evoquant le secret fiscal, ni la Direction générale des Finances publiques (DGFiP) ni le secrétariat d'Etat au Budget n'ont souhaité commenter cette information.

Mais le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert a laissé entendre en fin de semaine dernière, lors de la discussion du projet de loi de finances (PLF) pour 2017 à l'Assemblée, qu'Apple était visé par des procédures fiscales.

Expliquant aux députés présents en séance que la France n'avait aucune raison de réclamer une part des 13 milliards d'euros qu'Apple a été condamné à verser à l'Irlande par la Commission européenne, il a cependant précisé que l'administration fiscale pouvait faire jouer d'autres leviers.

"Nous pouvons, de notre côté, contester les flux générés par les activités de cette société en France, qui ont permis de constituer l'assiette fiscale ; je ne peux vous dire si nous le ferons, mais vous devez vous en douter", a déclaré Christian Eckert.

"Aujourd'hui, rien ne nous empêche de redresser les prix de transferts qui ont été pratiqués par Apple", a-t-il précisé.

La Commission européenne a décidé en septembre de faire payer à Apple jusqu'à 13 milliards d'euros d'impôts impayés en Irlande au titre d'un accord fiscal assimilé à une aide publique.

Les autorités françaises s'intéressent de près aux pratiques fiscales d'un certain nombre de multinationales américaines comme Alphabet, la maison mère de Google, McDonald's ou encore Priceline Group, la maison mère de la centrale de réservation hôtelière en ligne Booking.com.

Le montant des redressements consécutifs à des contrôles effectués auprès de grandes sociétés est passé de 4,2 milliards d'euros en 2014 à 5,8 milliards en 2015.

(Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.