1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le congrès du FN tourné vers la présidentielle de 2017
Reuters27/11/2014 à 11:53

LA PRÉSIDENTIELLE DE 2017 AU COEUR DU CONGRÈS DU FRONT NATIONAL

par Gérard Bon

PARIS (Reuters) - Près de trois ans après son accession à la tête Front national, Marine Le Pen recueillera lors du 15e congrès du FN à Lyon les fruits de sa stratégie, qui lui permet désormais de viser une qualification au second tour de la présidentielle de 2017.

Seule candidate à sa succession samedi, la présidente du FN aura au préalable en ligne de mire les prochaines élections cantonales et régionales de 2015, sur la lancée de ses succès électoraux aux élections européennes et municipales.

"Le congrès de Lyon sera celui de la confirmation pour Marine Le Pen", estime le politologue Jean-Yves Camus, spécialiste de l'extrême droite, pour qui la stratégie de dédiabolisation du parti a fonctionné.

"L'actualité est en outre favorable au FN, avec un président socialiste au plus bas et une droite qui s'écharpe", dit-il à Reuters. "Le FN est assuré d'être sur une pente ascendante".

Le parti est encore loin de disposer des cadres et des moyens nécessaires à une bataille de second tour, comme en témoigne le recours à un emprunt embarrassant de neuf millions d'euros auprès d'une banque russe.

Mais la formation de Marine Le Pen, vers laquelle a basculé une partie de la France du travail en 2012, dispose de deux ans et demi pour élargir son discours au-delà des thèmes habituels de l'immigration et de la sécurité, et poursuivre la conquête méthodique de nouvelles catégories d'électeurs.

Autour de la présidente du FN, des conseillers s'efforcent de muscler le programme économique du parti, qui ne peut se limiter à la sortie de l'euro ou à l'élargissement de l'impôt.

"Le FN est structuré pour arriver au pouvoir", assure Marine Le Pen dans l'Opinion, paru mercredi, soulignant que le FN est premier chez les salariés du privé, les chômeurs, et deuxième chez les fonctionnaires, les jeunes et les artisans-commerçants.

"MARCHER SUR SES DEUX JAMBES"

Selon un sondage Ifop publié début novembre, la présidente du FN émerge en tête des intentions de vote au premier tour de 2017 avec un score oscillant entre 27% et 32%.

Une dynamique que les élections cantonales et territoriales pourraient amplifier si le parti parvient à s'emparer d'une grande région comme le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, une nouvelle entité créée par la réforme territoriale en gestation.

Dimanche, Marine Le Pen prononcera devant les 2.000 délégués réunis à Lyon un discours de mobilisation pour la présidentielle, voire pour les législatives puisqu'elle croit toujours possible une dissolution de l'Assemblée nationale par François Hollande devant les difficultés.

La dirigeante du FN ayant repoussé à l'année prochaine la question épineuse d'un éventuel changement de nom du parti, auquel s'oppose farouchement son père Jean-Marie Le Pen, le seul enjeu du congrès sera l'émergence d'une nouvelle génération de responsables aux plus hautes fonctions du parti.

L'élection au comité central, le "parlement" du FN, devrait voir l'ascension de la députée du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen, au risque de faire de l'ombre à l'actuel numéro 2, Florian Philippot, qui incarne une sensibilité différente.

Marine Le Pen a estimé que sa nièce pourrait arriver "en tête" à l'élection interne, tout en assurant que l'ordre d'arrivée "n'a absolument aucune importance" et que parler de rivalité était une "construction médiatique".

"Il y a des forces et des avantages chez chacun, et des sensibilités. Tant mieux", assure Florian Philippot, démentant avoir privé Marion Le Pen de parole au congrès de Lyon.

"Le Front national a besoin de marcher sur ses deux jambes. Ils sont plus complémentaires qu'opposés", estime Jean-Yves Camus, soulignant que tous deux représentent des électorats sociologiquement différents.

(édité par Yves Clarisse)

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • 90342016
    27 novembre12:15

    fhaine tu parle de holande c'est bien ta tous compris

    Signaler un abus

  • 90342016
    27 novembre11:58

    le bleue marine me vas si bien

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer