Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le Bundestag reconnaît le génocide arménien

Reuters02/06/2016 à 13:38

LE BUNDESTAG RECONNAÎT LE GÉNOCIDE ARMÉNIEN

BERLIN (Reuters) - Le Bundestag a approuvé jeudi à la quasi-unanimité une résolution qualifiant de "génocide" le massacre de 1,5 million d'Arméniens par les forces ottomanes en 1915, provoquant la colère de la Turquie.

"Avec un vote contre et une abstention, cette résolution a été adoptée par une majorité remarquable du Bundestag", a commenté le président de la chambre basse du Parlement allemand, Norbert Lammert.

Yasin Aktay, porte-parole de l'AKP, le Parti de la justice et du développement au pouvoir à Ankara, a immédiatement réagi en déclarant que ce vote avait gravement endommagé les relations entre l'Allemagne et la Turquie.

Ankara admet que les Arméniens ont été massacrés mais conteste le chiffre de 1,5 million et nie l'organisation d'une campagne pour leur élimination systématique.

Dans la matinée, le Premier ministre turc, Binali Yildirim, avait mis en garde la chambre basse du Parlement contre un vote "irrationnel" susceptible de mettre à l'épreuve l'amitié entre les deux pays.

L'Arménie s'est logiquement félicitée de l'adoption de cette résolution. "Alors que l'Allemagne et l'Autriche, en tant qu'anciennes alliées de l'empire ottoman, reconnaissent aujourd'hui leur part de responsabilité dans le génocide arménien, les autorités de Turquie continuent à rejeter obstinément le fait indéniable de génocide commis par l'empire ottoman", a déclaré le ministre arménien des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, dans un communiqué.

La résolution, plusieurs fois reportée depuis un an, est le fruit d'une initiative des Verts et a reçu le soutien du bloc conservateur CDU-CSU et des sociaux-démocrates du SPD.

"Le sort des Arméniens est exemplaire dans l'histoire des exterminations de masse, du nettoyage ethnique, des déportations, et oui, des génocides qui ont marqué le XXe siècle de terrible façon", lit-on dans le texte de la déclaration.

Le moment de ce vote n'est pas le mieux choisi pour Angela Merkel, qui joue son avenir politique sur l'accord conclu en mars avec la Turquie par lequel Ankara a accepté d'endiguer le flot de migrants arrivant en Europe en échange d'avantages divers, en matière de visas notamment, et de l'accélération des discussions sur l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne.

La chancelière était absente du Bundestag lors du vote.

L'an dernier, quand l'Autriche a voté une déclaration de reconnaissance du génocide arménien, la Turquie a rappelé son ambassadeur à Vienne et évoqué "des effets négatifs permanents" dans les relations diplomatiques entre les deux pays.

Au total, plus de vingt pays, dont une dizaine de pays de l'Union européenne, ont reconnu le génocide arménien.

En France, les massacres d'Arméniens ont été officiellement qualifiés de génocide en 2001, mais le Conseil constitutionnel a censuré en 2011 une loi sanctionnant la négation de ce génocide.

(Madeline Chambers, avec Orhan Coskun à Ankara, Danielle Rouquié, Nicolas Delame et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.