Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le bond du chômage place Hollande en position périlleuse

Reuters26/09/2016 à 20:20

FRANÇOIS HOLLANDE FRAGILISÉ PAR LE REBOND DU CHÔMAGE

PARIS (Reuters) - Le bond du nombre de demandeurs d'emploi en août fragilise la possible candidature à l'élection présidentielle de François Hollande, qui a fait de la baisse du chômage une condition pour se présenter, tout en galvanisant les candidats de droite.

Distancé dans tous les sondages, le chef de l'Etat s'est donné jusqu'à décembre pour annoncer sa décision mais il a envoyé des signaux clairs de sa volonté d'être candidat.

Après l'annonce lundi de la plus forte hausse du nombre de chômeurs depuis trois ans, le ministère du Travail a souligné l'impact des attentats et une tendance qui "demeure favorable", avec 24.000 demandeurs de moins depuis le début de l'année.

Les proches de François Hollande soulignent en outre que le taux de chômage a reculé de 0,3 point au deuxième trimestre, à 9,9%. A 9,6% pour la seule France métropolitaine, ce taux est son niveau le plus bas depuis l'automne 2012.

Mais le nombre de demandeurs d'emploi, publié chaque mois, est l'indicateur le plus commenté par les responsables politiques et celui qui devrait refléter, ou non, le souhait d'inverser la "courbe du chômage" exprimé par François Hollande.

Prié de dire si ces chiffres sonnaient le glas de la candidature de François Hollande, le secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen a répondu sur BFM TV : "Je ne crois pas qu'on puisse décider d'une candidature à l'élection présidentielle sur ce seul critère".

Il a dans le même temps reconnu que "dans l'état actuel des choses", l'objectif de baisse du chômage n'était pas atteint.

LA DROITE ATTAQUE

Un échec - dans un contexte de baisse de l'euro face au dollar, de recul des prix du pétrole et de taux d'intérêt au plus bas - résumé par le président de l'institut d'études économiques COE-Rexecode, Michel Didier : "Aucun gouvernement dans le passé n'a eu un coup de bol aussi extraordinaire que tous ces facteurs favorables accumulés en même temps (...) et le résultat, c'est 1,3% de croissance" en 2016.

Dès la publication des chiffres du mois d'août, les candidats à la primaire de droite ont attaqué le chef de l'Etat.

Favori des sondages, Alain Juppé y a vu les "résultats désastreux qui signent l'échec total du gouvernement et de François Hollande". "Il faut un changement radical de politique économique", a-t-il ajouté sur son compte Twitter.

Nicolas Sarkozy a fustigé devant des journalistes "une politique économique en dépit du bon sens", marquée par la hausse des impôts et l'augmentation du nombre de fonctionnaires.

Face à une économie française "dans une situation d'urgence absolue", le changement de politique est "la seule alternative possible", a ajouté l'ancien chef de l'Etat.

L'ancien Premier ministre François Fillon, lui aussi candidat à la primaire, a jugé dans un communiqué que "l'explosion du chômage au mois d'août vient terrasser tous les pronostics du président de la République et de son gouvernement".

L'Unedic, gestionnaire de l'assurance chômage, avait pourtant mis du baume au coeur des soutiens de François Hollande la semaine dernière, en annonçant prévoir une baisse de 124.000 du nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A cette année.

(Jean-Baptiste Vey, avec Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.