Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La viticulture peut s'adapter au changement climatique

Reuters28/10/2015 à 12:56

LA VITICULTURE A LES MOYENS DE S'ADAPTER AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

par Pascale Denis et Sybille de La Hamaide

PARIS (Reuters) - L'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV) estime que les viticulteurs peuvent s'adapter au réchauffement climatique et ne voit pas de menace, à court ou moyen terme du moins, sur les appellations d'origine contrôlées (AOC).

Le secteur se prépare d'ores et déjà aux conséquences de l'élévation des températures sur la taille du vignoble, les variétés de cépages et les procédés de vinification.

"Le changement climatique a bien sûr des conséquences sur la vigne et le vin", a déclaré à Reuters Jean-Marie Aurand, directeur général de l'OIV.

Mais les viticulteurs se sont déjà adaptés à des conditions qui ont évolué et ils continueront de le faire, a-t-il ajouté.

Les vendanges sont plus précoces, la taille des vignes a été modifiée et de nouvelles techniques sont apparues pour "désalcooliser" des vins dont le degré s'est élevé avec des températures plus élevées en été.

Dans le Bordelais, les viticulteurs ont lancé un programme de recherche sur les cépages susceptibles de s'adapter au réchauffement, une expérience unique au monde.

Alors que certains s'interrogent sur la pérennité de certaines appellations, comme le champagne, Jean-Marie Aurand dit "ne pas être inquiet à court ou moyen terme", ajoutant cependant que rien ne permet de prévoir ce que seront les conditions d'élevage à l'horizon 2050.

Par ailleurs, rappelle-t-il, la vigne compte parmi les plantes ayant d'infinies capacités d'adaptation.

Sur l'île subdésertique de Lanzarote (Canaries), elle pousse dans des cuvettes de lave pour être protégée du vent et absorbe, en guise d'arrosage, la rosée infiltrée dans les pierres volcaniques.

En Grèce, les sarments sont rabattus et les grappes poussent à l'ombre des feuillages, comme dans un berceau.

A l'inverse, en Chine, 8e producteur mondial de vin, 80% des vignes poussent dans des régions où les températures chutent à moins 30 degrés pendant l'hiver. Pour les protéger, les viticulteurs les recouvrent de terre jusqu'au printemps.

PRODUCTION MONDIALE EN HAUSSE DE 2%

La France, dont la production devrait augmenter de 1% en 2015, devrait retrouver cette année son rang de deuxième producteur mondial de vins derrière l'Italie (+10%) et devant l'Espagne (-4%), selon les estimations de l'OIV.

L'Italie, champion mondial de la production, avait subi en 2014 d'importants aléas climatiques qui s'étaient soldés par une chute de 15% de sa production.

Quatrième producteur mondial, les Etat-Unis ont vu quant à eux leur production augmenter de 1% tandis qu'en Chine, la production devrait poursuivre sa hausse avec l'extension des surfaces plantées ces dernières années, notamment dans la région très prisée de Ningxia, où Chandon, vin pétillant du groupe LVMH s'est lancé en 2014.

Au total, la production mondiale pourrait atteindre 275,7 millions d'hectolitres en 2015, en hausse de 2%.

Sur le plan de la consommation, peu de modifications sont à attendre, avec une poursuite du recul en volume dans les pays de tradition viticole comme la France, l'Italie et l'Espagne.

"Les pays historiquement producteurs reculent, avec une modification des habitudes", souligne le dirigeant de l'OIV.

A l'inverse, les tendances sont à la hausse aux Etats-Unis, devenus le premier consommateur mondial de vin devant la France en 2013, ainsi qu'en Europe du Nord et en Amérique latine.

En Chine (5e consommateur mondial), où les mesures anticorruption ont mis un coup de frein aux achats de grands crus français et où la croissance économique marque le pas, la progression de la consommation ralentit.

"Il n'y a pas de chute brutale car le niveau de vie augmente, et avec lui la population dotée d'un pouvoir d'achat suffisant pour acheter du vin", souligne Jean-Marie Aurand.

(Edité par Dominique Rodriguez)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.