1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Suisse s'apprête à revoter pour expulser des délinquants étrangers
Le Point10/01/2016 à 16:41

L'Union démocratique du centre (UDC), le parti le plus à droite de l'échiquier politique helvétique, tient tellement à l'expulsion des criminels et délinquants étrangers qu'elle a lancé deux ?initiatives populaires? sur ce sujet ! Le 28 novembre 2010, les Suisses votaient à 52,9 % ?pour le renvoi des étrangers criminels?. Seulement voilà, la difficulté consiste ensuite à traduire la volonté populaire dans un texte de loi. Si le renvoi d'un assassin, d'un violeur d'enfants ou d'un fabricant de fausse monnaie ne pose pas de difficultés insurmontables, en revanche le refoulement pour des délits heurte le droit international. Est-il raisonnable de chasser un étranger, né en Suisse, qui aurait été simplement pris dans une bagarre ? Ou qui aurait perçu abusivement des prestations sociales  ?

Résultat, ni le gouvernement ni le Parlement ne se sont bousculés pour faire passer le texte de la loi d'application sur le renvoi des étrangers criminels. Validé seulement en mars 2015, il devait entrer en vigueur le 1er janvier 2016, soit cinq ans après le référendum. Mais c'était sans compter sur l'impatience de l'extrême droite, qui a lancé une nouvelle ?initiative populaire?, intitulée cette fois ?pour le renvoi effectif des étrangers criminels?. Dans la Confédération, il suffit de recueillir 100 000 signatures pour pouvoir organiser un référendum. Le 28 février, les Suisses vont donc se prononcer une nouvelle fois sur...

Lire la suite sur Le Point.fr

9 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M7097610
    11 janvier10:15

    il est difficile d'être democrate au sens ethymologique du terme mais les suisses sont ceux qui se rapprochent le mieux de la définition. L'UE quant à elle se complait dans la dictature tout en la denonçant : comble de l'hypocrisie

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer