Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La réforme des programmes du collège pourrait être amendée

Reuters12/05/2015 à 12:01

NAJAT VALLAUD-BELKACEM FLEXIBLE SUR LA RÉFORME DES PROGRAMMES, PAS SUR CELLE DU COLLÈGE

PARIS (Reuters) - La réforme des programmes du collège, vivement décriée, est susceptible d'amendements mais celle du collège, tout aussi critiquée, "ne bougera plus", a déclaré mardi Najat Vallaud-Belkacem, cible d'une salve croissante d'attaques.

Soutenue par François Hollande et Manuel Valls face à la droite mais aussi ses détracteurs à gauche, des intellectuels de droite et de gauche, des syndicats d'enseignants et même les autorités allemandes, la ministre de l'Education a réaffirmé sur France Inter que "le statu quo actuel" ne pouvait perdurer dans un collège producteur d'"inégalités sociales et scolaires".

Quelque 140.000 élèves quittent chaque année le système scolaire français sans diplôme.

Nicolas Sarkozy a dénoncé lundi soir une réforme "désastreuse pour notre République".

"Dans le combat effréné vers la médiocrité, voilà qu'elle [la ministre de la Justice Christiane Taubira] est en passe d'être dépassée par la ministre de l'Education nationale", a-t-il dit lors d'une réunion publique en Seine-Saint-Denis.

Cette réforme prévue pour la rentrée 2016, a de nouveau plaidé Najat Vallaud-Belkacem, a été adoptée en avril par le Conseil supérieur de l'Education par 51 voix contre 25. "Cette réforme ne bougera plus".

Un texte d'application précisera les points qui "font l'objet d'inquiétudes", notamment les enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) à la charge des professeurs de matières classiques (français, mathématiques...) qui craignent de sacrifier l'apprentissage des acquis à ces "ateliers".

Les classes bilangues (créées en 2005), qui permettent actuellement à 15% des élèves d'apprendre deux langues vivantes dès la 6e au lieu de la 4e, ne seront maintenues que pour les enfants initiés à une autre langue que l'anglais au primaire.

Une seconde langue obligatoire sera introduite pour tous les élèves dès la 5e. La ministre est inflexible à cet égard.

"FUREUR ANTI-ÉLITISTE"

"Retirer aux uns ce qui marche pour donner à tout le monde quelque chose qui ne marchera pas forcément, ça n'est pas la bonne direction", a jugé sur BFM TV le député UMP Bruno Le Maire, qui a lancé une pétition pour le retrait de la réforme signée à ce jour par 231 parlementaires de l'opposition.

"Sous couvert d'égalité, cette réforme va accroître les inégalités, elle va accroître la différence entre le public et le privé", a-t-il ajouté.

Alain Finkielkraut, l'un des "pseudo-intellectuels" fustigés par la ministre, estime mardi dans Le Figaro que "la fureur anti-élitiste" du projet "déloge (...) la République de l'école".

Sur la refonte des programmes, elle aussi prévue pour 2016, Najat Vallaud-Belkacem se montre plus souple.

"Ce sont des projets qui vont évoluer bien entendu, la discussion est ouverte", a-t-elle dit, rappelant que les 800.000 enseignants concernés étaient actuellement consultés.

L'un des chapitres les plus critiqués de la réforme porte sur les programmes d'histoire, qui seraient partagés entre modules obligatoires et facultatifs.

"Ça veut dire que Voltaire est facultatif..", a déploré l'ancien ministre de l'Education Luc Ferry sur RTL.

La ministre défend l'idée de programmes "moins prescriptifs" qui imposent aux enseignants de "courir après la montre" sans "vérifier les acquis de leurs élèves".

Mais, concède-t-elle, "les enseignants nous font remonter leur incompréhension" : "Nous aboutirons sans aucun doute à autre chose que ce que vous voyez dans ce projet-là".

Les principaux syndicats d'enseignants appellent à une grève nationale le 19 mai contre la réforme du collège.

(Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.