1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

"La primaire de la droite aura lieu sans nous", dit l'UDI
Reuters09/03/2016 à 11:59

L'UDI DIT QU'ELLE NE PARTICIPERA PAS À LA PRIMAIRE

PARIS (Reuters) - L'UDI ne participera pas à la primaire pour la présidentielle de 2017, censée être celle de la droite et du centre, faute de réponse de la direction des Républicains à ses demandes de discussions, déclare le président de la formation centriste.

"Dans ces conditions, la primaire de la droite aura lieu sans nous. Ce sera la primaire de la droite, pas du centre", déplore Jean-Christophe Lagarde dans un entretien au magazine Paris Match paru mercredi.

Le parti centriste doit se prononcer le 20 mars prochain, à l'occasion d'un congrès, sur son éventuelle participation au scrutin des 20 et 27 novembre mais, selon son président, les conditions ne sont pas réunies.

Il dit avoir envoyé en janvier une lettre à Nicolas Sarkozy, son homologue chez Les Républicains, afin de discuter des modalités de la primaire, un courrier resté pour l'instant sans réponse d'après lui.

Pour accepter d'aligner un candidat, il réclamait entre autres un accord programmatique et des circonscriptions réservées aux candidats centristes lors des législatives de juin 2017 - "entre un quart et un tiers".

"Il n'y a eu ni négociations ni même rencontre", dit Jean-Christophe Lagarde, expliquant ce mutisme par les divisions internes aux Républicains où les candidatures se sont multipliées ces derniers mois.

"Que ce soit Sarkozy ou les candidats à ce jour déclarés (...), aucun ne semble en mesure d'avoir une ligne claire avec le centre. Ils sont trop préoccupés par leurs ambitions, leurs aigreurs et leurs rancunes pour se mettre d'accord", juge-t-il.

Chez Les Républicains, dix candidats se sont lancés, parmi lesquels les anciens Premiers ministres Alain Juppé et François Fillon, Bruno le Maire, Jean-François Copé, ou Nathalie Kosciusko-Morizet, dernière entrée en lice.

(Simon Carraud, édité par Yves Clarisse)

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • g.marti4
    09 mars14:13

    Et voilà que çà recommence !!! Quand le peuple comprendra-t-il que le système à deux tours ne favorise que les combinaisons de partis ? Ils veulent déjà se répartir le nb de places aux législatives ! Nous ne sommes qu'un troupeau de moutons que ne se rassemble qu'au gré des chiens bergers qui leur tournent autour. Réagissez bon sens !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer