Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

La Guinée équatoriale retient un hélicoptère militaire français
information fournie par Reuters29/07/2021 à 16:36

LA GUINÉE ÉQUATORIALE RETIENT UN HÉLICOPTÈRE MILITAIRE FRANÇAIS

LA GUINÉE ÉQUATORIALE RETIENT UN HÉLICOPTÈRE MILITAIRE FRANÇAIS

DAKAR (Reuters) - La France a annoncé jeudi qu'un de ses hélicoptères militaires avec à son bord six soldats avait été retenu après son atterrissage en Guinée équatoriale, un incident diplomatique qui illustre les relations tendues entre Malabo et Paris.

L'hélicoptère a atterri dans le port de Bata mercredi soir, quelques heures après que la Cour de cassation a confirmé la condamnation du vice-président de Guinée Equatoriale, Teodorin Obiang, dans l'affaire dite des "biens mal acquis".

Le fils et l'héritier du président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo a écrit sur Twitter qu'un "hélicoptère de reconnaissance" avait atterri sans autorisation après avoir violé l'espace aérien du pays.

"Cela démontre une fois de plus l'intention de la France de déstabiliser la République de Guinée équatoriale", a-t-il déclaré.

Le colonel Pascal Ianni, porte-parole du chef d'état-major des Armées, a précisé que les six soldats à bord de l'hélicoptère n'étaient pas armés.

L'appareil se rendait de Douala, au Cameroun voisin, à une base militaire française située à Libreville, au Gabon, et s'était arrêté à Bata se ravitailler en carburant, a-t-il précisé, niant toute intention de nuire à la Guinée équatoriale.

"Les autorités de Guinée équatoriale ont décidé de retenir l'hélicoptère. [La situation] est en train d'être réglée au niveau diplomatique", a ajouté le colonel français.

Teodorin Obiang, dont le père dirige la Guinée équatoriale depuis 42 ans, a été condamné en février 2020 à trois ans de prison avec sursis et 30 millions d'euros d'amende pour avoir acquis un patrimoine luxueux en France grâce à des fonds détournés en Guinée équatoriale.

Ni le gouvernement de Guinée équatoriale, ni Teodorin Obiang n'ont commenté la décision de la Cour de cassation. Ils ont fait valoir que le verdict violait son droit à l'immunité diplomatique.

(Reportage Bate Felix et John Irish, version française Laetitia Volga, édité par Sophie Louet)

4 commentaires

  • 29 juillet20:52

    Prise d'otages de soldats français par un groupement de politiciens véreux ... on croit rêver ! Envoyons le 2ème REP ou le 3ème RIMA tirer les choses au clair. Et on a 5500hommes en appui pas très loin ....