Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La France est dos au mur, dit Emmanuel Macron en présentant sa loi

Reuters26/01/2015 à 18:41

DÉBUT DES DÉBATS SUR LA LOI MACRON À L'ASSEMBLÉE

PARIS (Reuters) - La France doit se moderniser pour arrêter de "transformer l'or en plomb", a déclaré lundi Emmanuel Macron en présentant aux députés français son projet de loi pour la croissance et l'activité qui divise la majorité comme l'opposition.

"Notre pays est dos au mur et le statu quo n'est plus une option", a dit le ministre de l'Economie devant un hémicycle quasiment désert, fait étonnant pour un texte qui suscite tant de passions. "Nous avons besoin d'un nouveau souffle."

Après examen par une commission spéciale, son projet de loi comprend désormais quelque 200 articles, contre 106 initialement, sur lesquels ont été déposés 3.000 amendements.

Emmanuel Macron a fait référence aux attentats djihadistes qui ont frappé la France début janvier pour estimer que les dysfonctionnements et les injustices pouvaient "engendrer les drames humains les plus terribles".

"C'est pourquoi cette loi ne fait pas mystère des orientations qu'elle porte", a-t-il poursuivi. "Plus de vitalité, plus de justice et de transparence, des droits aux Français et en particulier aux plus jeunes".

Mais il n'a pas caché qu'il s'agissait aussi de montrer à l'Union européenne, à laquelle la France demande un nouveau délai pour réduire ses déficits, que "nous sommes capables de bouger, que nous ne sommes prisonniers d'aucun dogme".

"Comment leur demander plus, si nous ne faisons pas nos réformes nous-mêmes?", a-t-il demandé.

Emmanuel Macron a même revendiqué le côté "fourre-tout" de sa loi, une des critiques de l'opposition, en expliquant que, les blocages étant "partout", il fallait toucher de nombreux domaines, y compris dans ce qui est "trivial".

Le texte prévoit ainsi une extension du travail dominical, laissant aux maires la possibilité de fixer le nombre de dimanches travaillés "entre 0 et 12" mais aussi une libéralisation du transport par autocar.

LE GOUVERNEMENT PEUT ÊTRE CONFIANT

La commission spéciale a modifié les dispositions relatives à l'installation des professions juridiques réglementées. Elle a ainsi entériné la liberté d'installation "contrôlée" des notaires, huissiers et commissaires-priseurs, et a fixé une limite d'âge (70 ans) pour ces professions.

Elle a supprimé le dispositif qui permet aux clercs assermentés de recevoir certains actes à la place du notaire et abrogé la disposition du texte qui proposait la création d'un statut d'avocat en entreprise pour trouver un compromis.

Le texte comporte également des mesures accélérant la justice prud'homale, propose la création de bourses régionales dans les capitales des treize nouvelles régions et introduit la notion de "secret des affaires" dans le code du commerce.

Enfin, il autorise le gouvernement à légiférer par ordonnances pour permettre la mise en place de la liaison ferroviaire express entre Paris et l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle et prévoit d'harmoniser les délais de recours sur les projets d'installation d'éoliennes.

Le gouvernement devrait faire voter son texte sans avoir à recourir à des mesures contraignantes, comme le vote bloqué.

Si le Front de gauche dans son ensemble, une partie des "frondeurs" du PS et l'UMP dans sa majorité restent hostiles au texte, les positions de l'UDI (centriste) et des écologistes semblent avoir évolué lors de l'examen en commission.

Le groupe UDI n'exclut plus un vote positif si certains de ses amendements sont retenus en séance publique et certains députés UMP devraient les rejoindre.

Chez les écologistes, il n'est plus exclu qu'une partie d'entre eux s'abstiennent, malgré l'opposition frontale de l'ancienne ministre Cécile Duflot.

"Les choses ont un peu évolué, plutôt dans le bon sens", estime François de Rugy, le co-président du groupe.

Le gouvernement peut compter sur le gros des troupes socialistes et sur les radicaux de gauche.

L'Assemblée se prononcera le 10 février par un vote solennel sur l'ensemble du projet de loi que le Sénat devrait examiner à son tour vers la fin avril.

(Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.