1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Devenez membre - Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La FNSEA évalue à 3 milliards les investissements nécessaires
Reuters23/08/2015 à 11:56

LA FNSEA CHIFFRE À 3 MILLIARDS D'EUROS LES INVESTISSEMENTS NÉCESSAIRES

PARIS (Reuters) - Le président de la FNSEA chiffre, dans une interview au Journal du Dimanche, à trois milliards d'euros sur trois ans les investissements nécessaires pour permettre à l'agriculture française de retrouver de la compétitivité face à ses voisins européens.

"La France doit se doter d'une vision à 15 ans de son agriculture", déclare Xavier Beulin, à la veille d'une rencontre avec le chef de l'Etat François Hollande, le Premier ministre Manuel Valls et le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll.

"Il faut engager un vaste plan pour moderniser les bâtiments, automatiser les abattoirs, organiser les regroupements d'exploitations afin qu'elles soient plus productives", ajoute-t-il. "Il faudra investir trois milliards d'euros sur trois ans pour retrouver la compétitivité perdue, pour que la France rattrape l'Allemagne dans les cinq ans".

Le numéro un du syndicat agricole propose également "un moratoire d'un an" sur les normes environnementales et une adaptation des règles fiscales "aux aléas de l'agriculture".

Face à la crise qui secoue le monde agricole, le gouvernement a présenté un plan d'urgence le 22 juillet de 600 millions d'euros pour soutenir les éleveurs, frappés par une crise des prix et un endettement massif.

Près de 10% des élevages (soit entre 22 et 25.000) sont au bord du dépôt de bilan, selon le ministère de l'Agriculture.

Au-delà des mesures d'allègement des charges fiscales, les éleveurs réclament une réforme structurelle de l'agriculture française pour combler l'écart de prix avec les autres pays européens.

"Nous ne demandons pas l'aumône aux Français", assure Xavier Beulin. "La filière est prête à investir (...) Il faut arrêter de saupoudrer les aides et se concentrer sur la modernisation des infrastructures".

EMBARGO RUSSE

En ce qui concerne la crise du lait, il faut que "la Commission européenne accepte d'acheter du lait en poudre pour le stocker à un prix de 2,60 euros le litre contre 2,20 actuellement", souligne le président de la FNSEA.

La crise agricole va faire l'objet d'un conseil européen extraordinaire des ministres de l'Agriculture le 7 septembre, à la demande de la France.

D'ici là, une table ronde réunissant une cinquantaine de représentants de la filière française du porc est prévue jeudi à Paris pour évoquer les nouvelles formes de commercialisation.

La question de l'embargo russe, qui pèse sur les exportations d'une série de produits agroalimentaires européens, est cruciale, souligne la FNSEA.

"Il est injuste que l'agriculture reste pénalisée pour des raisons diplomatiques", indique Xavier Beulin. "Moscou se dit prêt à importer du porc européen si les pays limitrophes de la Russie en sont exclus."

"Je demanderai à François Hollande de négocier pour sortir de cette impasse", poursuit-il. "Si Moscou lève ses restrictions, 300.000 porcs partiront vers l'Est dès la première année".

(Marine Pennetier, édité par Jean-Philippe Lefief)

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M7361806
    23 août15:36

    Dans ce pays l 'ETAT décourage l'investissement , tous les secteurs crèvent sous le poids des charges et règlementations . sous HOLLANDE seul le fonctionnariat est florissant

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer