Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La droite défend Nicolas Sarkozy, taxé de xénophobie

Reuters13/05/2015 à 14:37

LA DROITE DÉFEND NICOLAS SARKOZY, TAXÉ DE XÉNOPHOBIE

PARIS (Reuters) - La droite est montée au front mercredi contre les accusations de "xénophobie" lancées par le Premier secrétaire du Parti socialiste à l'encontre de Nicolas Sarkozy.

Jean-Christophe Cambadélis a jugé sur RTL que l'attaque de l'ancien président contre la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem, dont il dénonce la réforme des collèges, était "légèrement xénophobe".

Le ministre des Finances Michel Sapin, ne l'a pas contredit, et a accusé le président de l'UMP de "faire appel aux plus bas instincts".

Lors d'un meeting en Seine-Saint-Denis, Nicolas Sarkozy a déclaré lundi que "dans le combat effréné vers la médiocrité", la ministre de la Justice Christiane Taubira était "en passe d'être dépassée par la ministre de l'Education nationale".

"C'est une certaine connotation", a estimé sur RTL Jean-Christophe Cambadélis.

"Madame Taubira a été attaquée pour les raisons que l'on sait, pour la couleur de sa peau, et madame Belkacem est attaquée, pourquoi? Parce qu'elle s'appelle madame Belkacem."

A la question "pensez-vous que l'attaque de Nicolas Sarkozy est raciste?", il a répondu : "Je pense qu'elle est légèrement xénophobe, je le dis, et c'est inadmissible dans notre République."

Le ministre des Finances Michel Sapin a estimé sur BFM TV et RMC que ce n'était "pas un hasard" si Nicolas Sarkozy avait "mis dans une même phrase et dans des termes injurieux la ministre de la Justice et la ministre de l'Education nationale."

"C'est une ministre de la Justice qui a une couleur de peau, et c'est une ministre de l'Education nationale qui porte un nom", a-t-il dit. "C'est une sorte d'appel aux plus bas instincts (...) Quand on a été président de la République et quand on souhaite le redevenir, la première des choses c'est de laisser de côté les bas instincts."

"FACILITÉ INTELLECTUELLE"

Nicolas Sarkozy ne réagira pas en personne sur le sujet, a-t-on indiqué à l'UMP.

Mais plusieurs responsables du principal parti de droite ont défendu leur président, dénonçant la "facilité intellectuelle" de critiques, qui coupent court, selon eux, à tout débat sur le fond des réformes.

"Quand Nicolas Sarkozy critique Madame Taubira ou Madame Vallaud-Belkacem, il ne les critique pas pour ce qu'elles sont mais pour ce qu'elles font. Et c'est bien ce qui dérange le Parti Socialiste", dit dans un communiqué Laurent Wauquiez, secrétaire général de l'UMP.

Sébastien Huyghe, porte-parole du parti, a qualifié sur Twitter les "insultes" de Jean-Christophe Cambadélis "d'antirépublicaines", et appelé Manuel Valls à les condamner.

Rachida Dati, ancienne ministre de la Justice de Nicolas Sarkozy, elle-même issue de la diversité, a fait de même.

"Accuser Nicolas Sarkozy de xénophobie est honteux!", a-t-elle écrit sur Twitter. "Pour la gauche, défendre nos valeurs, nos principes et notre école, c'est être xénophobe!"

Najat Vallaud-Belkacem est la cible d'une salve croissante d'attaques en raison de sa réforme des collèges, très décriée.

La ministre de la Justice avait elle-même été très critiquée en 2013, notamment par la droite, lors de l'examen du projet de loi instituant le mariage pour tous, qu'elle portait.

(Chine Labbé, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.