Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La CGT s'inquiète pour l'avenir de l'emploi dans l'aéronautique

Reuters09/06/2015 à 18:50

TOULOUSE (Reuters) - Une semaine avant le salon du Bourget, la CGT d'Airbus et d’une dizaine de sociétés sous-traitantes du secteur aéronautique s’inquiètent des conséquences pour l’emploi de l’absence de nouveaux programmes chez le constructeur avant une décennie.

L’avionneur européen, qui affiche des carnets de commandes pleins pour huit ans, est actuellement dans une phase de production. Pour la coordination, 3.000 à 5.000 emplois seraient menacés d’ici 2020, sur les 7.500 que compte le secteur aéronautique en Midi-Pyrénées, selon le syndicat.

"Depuis la fin des programmes A350, nous tentons d’alerter les pouvoirs publics sur la baisse de charges dans les bureaux d’études du secteur aéronautique", explique à Reuters Robert Amade, délégué CGT de Sogeti High Tech.

"En 2014, il y a eu une baisse de 5% des effectifs, un phénomène qui va s’accentuer en 2016 et 2017 si rien n’est fait", ajoute ce membre de la Coordination CGT Airbus-SII, qui rassemble depuis 2013 les représentants du syndicat chez Airbus et les sociétés sous-traitantes du secteur aéronautique.

Selon cette coordination, qui organise mercredi à Toulouse les états généraux de l’aéronautique pour alerter les pouvoirs publics sur la baisse de charges de l’ingénierie en Midi-Pyrénées, l’entreprise Atos aurait par exemple perdu 6% de ses effectifs dans les bureaux d’études en 2014, la société Akka 12% ou encore Sogeti High Tech 12%.

Pour les syndicalistes, Airbus a une vision stratégique à court terme et financière pour satisfaire les actionnaires.

"Les sous-traitants sont les premiers touchés par cette absence de nouveaux programmes car il y a eu un mouvement d’externalisation du donneur d’ordre ces dernières années", analyse Philippe Fernin, délégué central CGT chez Airbus.

AIRBUS SE VEUT RASSURANT

Pour Jean-Louis Chauzy, président du Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) qui participera mercredi à une table-ronde sur les perspectives de l’aéronautique, la situation n’est pas aussi dégradée.

Les ingénieurs concernés ont été affectés sur d’autres projets, la plupart des sous-traitants ayant anticipé cette baisse de charge, selon cet acteur de l’économie toulousaine qui juge exagéré la perte de 5.000 emplois.

"Il n’y a pas de nouveau programme de rupture prévu chez Airbus mais l’avionneur prévoit quand même des modifications de programme avec l’A320 Neo, où un milliard d’euros seront investis. C’est dix fois moins qu’un programme pour développer un nouvel avion mais Airbus estime qu’il n’y a pas de besoins d’un nouvel avion actuellement", estime-t-il.

De son côté, Airbus indique "avoir dû faire appel à niveau exceptionnellement élevé de personnel à l’ingénierie ces dernières années" pour le développement concomitant des divers programmes avions, tels que l’A400M, A380, A350, Neo.

Dans les prochaines années, l’avionneur prévoit de revenir à un niveau normal de la charge de travail à l’ingénierie et de se concentrer davantage sur des innovations permettant d’apporter des améliorations aux modèles d’avions existants.

"Ces derniers mois, dans le cadre du développement incrémental nous avons lancé de nouvelles innovations tels que l’A330neo, A321LR , Beluga XL", détaille-t-il. "Nous avons organisé des sessions de travail avec eux pour les orienter dans leur diversification."

(Julie Rimbert, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.