Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La CFDT appelle à son tour les routiers à la grève

Reuters22/01/2015 à 23:43

LA CFDT APPELLE À SON TOUR LES ROUTIERS À LA GRÈVE

PARIS (Reuters) - La CFDT, premier syndicat du transport routier de marchandises, a appelé jeudi à la grève et à "l'action" à partir de la semaine prochaine, initiative qui pourrait relancer une mobilisation en voie d'essoufflement sur fond de conflit salarial.

La négociation annuelle obligatoire s'est conclue cette semaine par un échec, les organisations patronales ayant refusé d'accéder aux demandes des syndicats qui réclament 5% de hausse de salaire et un 13e mois, entre autres.

Les patrons ne souhaitent pas aller au-delà de 1% à 2% d'augmentation selon les niveaux de salaire. Et la pression de l'intersyndicale CGT, FO, CFTC et CFE-CGC, qui a organisé des blocages jusqu'à jeudi, ne les a pas fait reculer.

Les représentants de ces quatre fédérations, qui n'ont pas obtenu le retour des entreprises à la table de négociation malgré un appel en ce sens du secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, ont vu le mouvement s'étioler quelque peu.

Jeudi, ils ont tenté un coup de force en se rendant à pied devant le ministère des Transports, puis devant l'hôtel Matignon dans l'espoir d'être reçus par Manuel Valls et enfin devant l'Elysée, en début de soirée, où une personne leur a seulement été envoyée pour recueillir leurs doléances.

L'intersyndicale avait, en début de journée, demandé "que le gouvernement sorte de sa réserve et annonce immédiatement la suspension de toutes les aides publiques aux entreprises du secteur d'activité, retournant ainsi le rapport de forces".

FRAPPES CHIRURGICALES

L'absence de la CFDT, qui avait vite quitté les discussions, a pesé lourd dans ces réponses. Elle a aussi compté dans la perte de vigueur de la contestation même si le principal syndicat avait peiné lui aussi à mobiliser seul en décembre.

Mercredi, les organisations patronales avaient refusé de participer à une réunion prévue jeudi en l'absence "d'élément nouveau" après l'échec des premiers rendez-vous.

Dans un communiqué, la CFDT explique son appel à la grève comme "la conséquence directe du refus de négocier les revalorisations salariales par les organisations patronales" et précise que les modalités d'actions seront détaillées vendredi.

Selon une source proche du dossier, les patrons ont refusé la négociation parce que seuls les permanents syndicaux participaient aux blocages et barrages organisés à l'appel de l'intersyndicale.

Le retour de la CFDT dans le jeu pourrait changer la donne. Une autre source au fait des discussions disait jeudi soir y voir un point de bascule susceptible de ramener la FNTR, première organisation patronale, à la table des discussions.

L'intersyndicale, elle, dit rester mobilisée. "Il y avait des actions prévues demain (vendredi), elles auront lieu", a dit Jérôme Vérité, de la CGT, qui veut viser des lieux symboliques.

"La situation nous amène à revoir nos formes d'action. A partir de dimanche soir, lundi, le conflit continue et on va passer à ce que j'appelle des 'frappes plus chirurgicales', en espérant que cela ramène les patrons à la négociation."

Les syndicats de routiers dénoncent une "smicardisation" de leur métier mais les organisations patronales jugent irréalisable d'accéder à leurs revendications, invoquant la faible croissance en France et la concurrence internationale.

(Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.