1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La candidature de Macron tétanise la gauche

Reuters17/11/2016 à 11:49

LA CANDIDATURE DE MACRON TÉTANISE LA GAUCHE

PARIS (Reuters) - La candidature d'Emmanuel Macron à l'élection présidentielle de 2017 tétanise la gauche socialiste, qui redoute l'implosion et la dispersion si elle est éliminée dès le premier tour, ce que les sondages prédisent aujourd'hui systématiquement.

Le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux, a reproché sur Radio Classique à l'ex-ministre de l'Economie de François Hollande son refus de se soumettre à la primaire organisée par le PS en janvier prochain.

"Macron nous condamne à disparaître s'il ne passe pas par les primaires", a-t-il déclaré. "Dans une gauche progressiste, il ne peut pas y avoir deux ou trois candidats, il faut qu'il n'y en ait qu'un."

Le secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen, interrogé par RTL, a pour sa part jugé "ambiguë" et improductive la candidature officialisée mercredi par Emmanuel Macron. ( et)

"Je crois que sa candidature est celle d'un moment, celle d'une illusion qui est qu'on peut faire le dépassement de la gauche et de la droite", a déclaré ce proche du Premier ministre, Manuel Valls.

"Macron c'est un peu (...) 'tout le monde il est beau tout le monde il est gentil' (...) Je crois que ça ne correspond en rien à la situation de notre pays, même s'il apporte des idées (...) et si sa posture a quelque chose d'un petit peu rafraîchissant par ailleurs", a-t-il ajouté.

Jean-Marie Le Guen a estimé qu'en refusant de passer par les primaires, Emmanuel Macron poursuivait une "aventure individuelle" et "sans issue".

DROITE DIVISÉE SUR L'INTERPRÉTATION

A droite, l'ancien ministre Les Républicains (LR) Bruno Le Maire, candidat à la primaire de la droite en passe de perdre son pari d'incarner le renouvellement, préfère pour sa part voir dans la candidature d'Emmanuel Macron un symptôme des changements en cours dans le paysage politique français.

"Ça fait des mois qu'on pense que c'est François Hollande qui va être l'adversaire. Donc on est tous les mains dans les poches en se disant 'pas de problème, celui qui gagne le 27 (au second tour de la primaire à droite) gagne en mai prochain", a-t-il déclaré à France Info.

"Mais le paysage est en train de changer complètement pour une raison, c'est que partout ailleurs on renouvelle", a-t-il ajouté. "On renouvelle à gauche avec la candidature d'Emmanuel Macron, on renouvelle chez les Verts (...) qui ont éliminé Cécile Duflot et mis Yannick Jadot à la place, on renouvelle au Front national parce que, quoi qu'on en pense, Marine Le Pen, n'ayant jamais exercé le pouvoir, incarne ce renouvellement."

Et d'estimer que LR serait le seul parti en France qui ne "renouvellerait pas les têtes, les idées, les propositions politiques".

Selon les sondages, les favoris de la primaire à droite sont les anciens Premiers ministres Alain Juppé et François Fillon et l'ex-chef de l'Etat Nicolas Sarkozy.

"Nous prenons un risque, si nous n'entendons pas la volonté de renouvellement farouche des Français, qui veulent qu'on passe à autre chose", a conclu Bruno Le Maire.

L'ancien ministre LR François Baroin, proche de Nicolas Sarkozy, rejette au contraire l'idée qu'Emmanuel Macron, "un enfant de la Hollandie", puisse incarner le renouveau.

"Il portera la responsabilité de l'éclatement de la gauche", a-t-il prédit sur Europe 1.

(Emmanuel Jarry, avec Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)

13 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • kejocol
    17 novembre13:28

    Macron n'etant ni de gauche ni de droite n'a pas a passer par les primaires de gauche, c'est simple a comprendre mais pas pour le PS visiblement. ce sont des gens tres limites intellectuellement. Macron fait partie de l'establisment donc pour moi, il n'est pas non plus la solution car il va ceder aux pressions des politiques.

    Signaler un abus

  • charleco
    17 novembre13:26

    La gauche s'affole alors que le programme de Macron est vide!

    Signaler un abus

  • picokrab
    17 novembre12:45

    C'est quoi l'alternative à Macron ? un ancien président embourbé dans les affaires judiciaires, une apprentie extrème droite mise en place par son vieux fa.cho de père ou encore un ancien 1er ministre de 70 ans qui couvrait les ma.gouilles de Chirac. Dehors tous ces ra.bougris, du renouvellement, de la jeunesse !

    Signaler un abus

  • geocor
    17 novembre12:44

    C'est un homme qui croit que la politique peut être intelligence et non image, petites phrases et calculs électoraux. A gauche, il n'a pas hésité à remettre en cause le statut des fonctionnaires. A droite, il rappelle que la France est une volonté, un projet, pas un rejet. Enfin, un homme libre qui nous sort des systèmes bloqués et corporatistes.

    Signaler un abus

  • M1765517
    17 novembre12:42

    Son parler pourrait m'interpeller mais ce ne sont que des mots et je préfère le pere Noel !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.