Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'Insee voit la croissance accélérer à 1,6% cette année

Reuters20/06/2017 à 19:28

L'INSEE VOIT LA CROISSANCE ACCÉLÉRER À 1,6% CETTE ANNÉE

PARIS (Reuters) - L'économie française, qui a retrouvé un peu d'élan en fin d'année dernière, devrait selon l'Insee encore accélérer cette année pour progresser à son rythme le plus élevé depuis 2011, tandis que le chômage devrait accentuer son reflux.

Dans sa note trimestrielle de conjoncture publiée mardi, l'institut anticipe une progression de 1,6% du produit intérieur brut (PIB) de la France en 2017, après la hausse de 1,1% enregistrée l'an dernier.

A ce rythme - supérieur à celui anticipé par la Banque de France et les organisations internationales, dont les prévisions vont de 1,3% à 1,4% - l'économie française devrait réduire son retard par rapport à ses voisins, avec une croissance de la zone euro attendue à 1,8% par l'Insee cette année, contre 1,6% en 2016.

Le début du quinquennat d'Emmanuel Macron, qui compte mener une série de réformes sociales d'ici à 2018 - dont la réforme du droit travail dès cet été - se déroulera donc dans un contexte économique relativement favorable.

Dans ce contexte de croissance solide de l'activité, l'emploi devrait continuer de progresser, toujours stimulé par les mesures d'allègement du coût du travail mises en oeuvre par le précédent exécutif (crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi ou CICE, pacte de responsabilité). Mais le rythme devrait être moins soutenu, avec 222.000 créations d'emploi attendues cette année, contre 255.000 en 2016, notamment sous l'effet de l'arrêt programmé de la prime à l'embauche dans les PME à la fin du mois.

Le taux de chômage selon les critères du Bureau international du travail (BIT) devrait parallèlement poursuivre sa décrue et s'établir à 9,4% de la population active française (départements d'outre-mer inclus) en fin d'année, contre 10,0% fin 2016.

L'INVESTISSEMENT DES MÉNAGES AU PLUS HAUT DEPUIS 2006

Pour l'Insee, l'économie française devrait pouvoir profiter cette année de la dissipation des freins qui l'ont pénalisée ces dernières années. Après avoir souffert depuis la fin 2015 dans le sillage des attaques qui ont frappé la France, la fréquentation touristique connaît une reprise - à confirmer - depuis la fin 2016. Et la production agricole, fortement entamée l'an dernier par des conditions météorologiques particulièrement mauvaises, devrait rebondir, sous réserve d'une météo favorable cet été.

L'accélération de la croissance en 2017 serait donc principalement liée à la diminution de l'impact négatif du commerce extérieur. Après avoir plombé l'activité en 2016, avec une contribution négative de 0,8 point, il ne devrait amputer la croissance que de 0,3 point cette année, en lien notamment avec l'amélioration pour les produits agricoles et le solde touristique.

Son moteur traditionnel, la consommation des ménages, devrait ralentir (+1,2% après +2,1% en 2016), sous l'effet d'une progression du pouvoir d'achat des ménages érodée par le regain d'inflation.

La demande intérieure restera cependant robuste, avec une dynamique soutenue pour l'investissement.

Côté ménages, l'investissement devrait progresser de 3,7%, un rythme inédit depuis 2006, en lien avec le dynamisme des mises en chantier et des permis de construire.

Il devrait aussi rester bien orienté pour les entreprises (+2,9% après +3,4%) malgré la fin du dispositif de suramortissement fiscal des investissements productifs mi-avril, en lien avec des conditions de financement toujours très favorables.

Ces prévisions restent cependant soumises à différents aléas, dont la capacité de rebond des exportations manufacturières après leur chute du début de l'année du fait des faibles livraisons d'Airbus.

Si la livraison de grands contrats aéronautiques, ainsi que celle du paquebot Meraviglia fin mai par les chantiers navals de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) vont alimenter un rebond au deuxième trimestre, "les exportations pourraient surprendre à la hausse en fin l'année ou bien décevoir" sur l'ensemble de l'année, comme en 2016, souligne l'Insee.

(Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.