1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Iran : au milieu des pèlerins à Qom
Le Point31/08/2014 à 11:41

Des pèlerins à Qom.

À l'entrée de la ville de Qom, il faut laisser son véhicule pour emprunter un bus un peu poussif qui fait la navette jusqu'au complexe sacré, là où est enterrée Fatima, disparue en 816. Elle était la fille du septième imam chiite, et la soeur du huitième imam. Ce dernier, l'imam Rezâ, aurait promis le paradis à tous ceux qui se rendent au sanctuaire. Quant aux femmes, il leur suffirait de toucher les parois pour devenir fécondes et obtenir le bonheur conjugal. Plusieurs guides touristiques assurent que les non-musulmans ne peuvent pas franchir l'entrée du complexe sacré et que la photo y est interdite. En fait, il est difficile mais possible d'obtenir une autorisation, et même de prendre quelques clichés. Surprise : Bilal, un futur mollah originaire des Comores, et donc francophone, nous organise la visite. Alors que les habitants de cet archipel de l'océan Indien sont des musulmans sunnites, il a obtenu une bourse pour étudier dans le principal centre théologique de l'islam chiite. Une ambiance curieusement bon enfant Le complexe est immense, des milliers de religieux, d'hommes, de femmes, toutes revêtues d'un tchador, se croisent dans de vastes cours et dans une multitude de salles en enfilade. Il faut parfois aller à gauche, puis à droite, sans obtenir d'explications. Au bout d'un moment, avec un large sourire, Bilal annonce qu'il n'est pas possible d'aller plus loin. Motif ? Un mollah a demandé que nous rebroussions chemin. Il faut...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer