1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hollande lance sa fondation et parlera le moment venu
Reuters06/09/2017 à 15:16

HOLLANDE LANCE SA FONDATION ET PARLERA LE MOMENT VENU

PARIS (Reuters) - François Hollande, qui a lancé mercredi à Paris sa fondation destinée à promouvoir des projets innovants, s'est refusé à commenter la politique d'Emmanuel Macron tout en prenant date pour une prise de parole future.

A deux reprises cet été, l'ancien président est sorti de sa réserve pour vanter le bilan économique de son quinquennat, mettant en garde son successeur contre la tentation de faire subir aux Français des "sacrifices inutiles" alors que la croissance revient.

"Lorsque je considérerai qu'il y a des commentaires à faire, des leçons à tirer ou des propositions à faire, je prendrai la parole", a-t-il dit à la presse devant la Station F à Paris, siège de sa fondation "La France s'engage".

"Et ce sera un moment qui devra être particulièrement bien choisi pour qu'il puisse être utile à la France, et où je pourrai m'exprimer longuement", a-t-il ajouté.

Interrogé sur les cinq ordonnances de la réforme du Travail, contestée par une partie de la gauche et des syndicats, François Hollande s'est contenté de prôner "l'équilibre".

"Les entreprises, on en a besoin. On a besoin qu'elles créent de la richesse, qu'elles créent de l'emploi, mais ça doit se faire dans un cadre équilibré", a-t-il dit. "Et c'est ainsi que j'analyserai, le moment venu, les ordonnances".

François Hollande, qui dirigea le Parti socialiste 11 ans durant avant d'accéder à l'Elysée, a dit en outre son souhait de "faire en sorte que l'idée socialiste puisse y être portée" par un "parti fort", citant "la justice, l'égalité, la redistribution, la création de richesses."

Un message qui montre le désir de l'ex-président de faire entendre sa voix dans un pays où l'exécutif est considéré comme trop libéral par une partie de la gauche, le PS divisé et inaudible et l'opposition dominée par le discours radical de La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon.

Interrogé lors du compte rendu du conseil des ministres sur les commentaires de François Hollande, le porte-parole du gouvernement l'a jugé "libre de s'exprimer", de "vouloir éclairer les Français, commenter l'actualité présidentielle et de créer des activités."

"Je l'invite à prendre le temps aussi de faire le bilan des cinq ans de son engagement au sommet de l'Etat", a toutefois ajouté Christophe Castaner.

Dans un entretien publié la semaine dernière dans Le Point, Emmanuel Macron donne le sentiment de peu apprécier les remarques de celui dont il fut le conseiller à l'Elysée.

Le chef de l'Etat juge "étrange que l'impossibilité qui a été la sienne de défendre son bilan devant les Français puisse motiver une tentation, dans les années qui viennent, de la justifier devant les journalistes".

(Elizabeth Pineau, avec Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

17 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M3366730
    07 septembre11:18

    "François Hollande, qui a lancé mercredi à Paris sa fondation" : avec quel argent ! Décidément ces gens de gauche toujours prompte à donner des leçons et qui pour leur grande majorité vivent au crochet des contribuables et citoyens.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer