1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Harry et Meghan vont-ils trouver leur cabane au Canada ?
Le Point14/01/2020 à 20:36

Où Meghan et Harry vont-ils s'installer pour leur séjour au Canada ? C'est la grande question qui agite les réseaux sociaux et les médias. Il y a bien sûr l'île de Vancouver, où ils viennent de passer six semaines de vacances dans une magnifique propriété au bord de l'eau. C'est un peu isolé, mais le climat pluvieux leur rappellera Londres. S'ils veulent refroidir les paparazzis, ils peuvent toujours s'installer à Tuktoyaktuk ? Tuk, de son petit nom, pour les locaux ?, une bourgade de 898 habitants dans le Grand Nord qui a le mérite d'être la seule communauté sur l'Arctique connectée par une route. Mieux vaut éviter en revanche Montréal, le Québec étant un repaire d'antimonarchistes depuis qu'il a été cédé au XVIIIe siècle par la France aux Anglais. En 1964, lors de la visite d'Elizabeth II, des manifs y ont été réprimées de manière violente. Toronto est sans doute un meilleur choix. C'est la plus grosse ville du Canada, un melting-pot en plein boom sur le lac Ontario, qui abrite une Silicon Valley miniature. Et puis Meghan Markle y a des amies, notamment Jessica Mulroney, la belle-fille de l'ex-Premier ministre. C'est là qu'elle a tourné pendant sept ans sa série télé Suits. Il y a quelques années, elle avait dit : « Il n'y a pas de paparazzis, donc c'est vraiment facile de mener une vie normale. » Une remarque plus positive que celle du prince Philip qui, lors d'une visite en 1976 au Canada, avait lâché : « On ne...

Lire la suite sur LePoint.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer