1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Hamon : "le vote utile", c'est lui
Le Point21/03/2017 à 06:40

« Le 3 avril, et le 7 mai, je vous propose un vote utile, un vote qui vous est utile, un vote utile pour vos enfants, pour vos petits-enfants. » C'est par ces mots que Benoît Hamon a conclu le grand débat télévisé qui l'opposait lundi soir à Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, François Fillon et Marine Le Pen. Stagnant à la quatrième place depuis sa victoire à la primaire socialiste, le candidat du PS voit désormais sa qualification pour le second tour de plus en plus mise en péril par le « vote utile » Macron, qui prend de l'ampleur à mesure que Marine Le Pen grimpe dans les sondages. Il lui fallait donc se montrer offensif pour conquérir l'électorat encore hésitant qui lui échappe, tout en continuant à dérouler les points forts de son programme.

LIRE aussi Benoît Hamon, l'apparatchik en chef

Premières hostilités contre Le Pen

Benoît Hamon a été le premier à s'en prendre directement à Marine Le Pen afin de se placer comme le rempart numéro 1 au Front national. Dès le premier thème du débat, portant sur l'éducation, le candidat socialiste accuse la leader du parti frontiste de « prendre l'école en otage dans un débat politique nauséabond sur l'apprentissage du français » pour mieux dérouler, ensuite, son programme : limiter le nombre d'élèves par classe à 25 (20 en zones prioritaires et en zones rurales) et revoir la carte scolaire pour assurer davantage...

Lire la suite sur Le Point.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M4189758
    21 mars08:14

    JPi - Il est contre la puissance de l'argent. Mais il aime tellement l'argent que c'est lui qui augmentera le plus les impôts, empruntera le plus pour payer ses fonctionnaires et son revenu universel. Et c'est encore lui qui dépensera le plus se riant de la dette française qui augmente, augmente à nous étouffer. C'est du Sarkhollandisme. Il est un peu seul à croire que cela va encore durer 5 ans.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer