Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Giscard veut une relance de l'intégration, pas d'un "Brexit"

Reuters14/02/2016 à 15:10

GISCARD SOUHAITE UNE RELANCE DE LA CONSTRUCTION EUROPÉENNE

par Paul Taylor, Marc Joanny et Pauline Mevel

PARIS (Reuters) - Valéry Giscard d'Estaing souhaite que le Royaume-Uni demeure au sein de l'Union européenne mais estime que Londres ne peut pas demander que les décisions internes à la zone euro soient soumises à son approbation pour prix de son maintien.

L'ancien président français (1974-1981), qui fut un des précurseurs de l'Union monétaire, estime que la construction européenne pourra être relancée par les pays qui souhaitent aller de l'avant une fois un accord trouvé avec les Britanniques et après l'élection présidentielle française de 2017.

"Je souhaite vivement que les Britanniques restent parce qu'un départ fera du tort à l'Europe et à la Grande-Bretagne", a dit Valéry Giscard d'Estaing à Reuters, lors d'un entretien dans son bureau parisien. "Dans un monde qui se caractérise à l'heure actuelle par la désorganisation et par la violence, ce n'est pas la peine d'ajouter la désorganisation en Europe."

Le président du Conseil européen Donald Tusk a présenté au début du mois des propositions pour tenter d'éviter une sortie du Royaume-Uni de l'UE qui prévoient la possibilité pour des pays de refuser de participer à une plus grande intégration sans pour autant leur donner un droit de veto. Elles seront discutées lors du prochain Conseil européen, jeudi et vendredi prochain à Bruxelles.

Rappelant que, depuis le début de la construction européenne, "la Grande-Bretagne s'est tournée dans une position un peu latérale par rapport au système", Valéry Giscard d'Estaing déplore "une confusion totale".

"Il y a deux projets européens. Il y a le projet de culture anglo-saxonne, qui est le projet à 28, basiquement commercial, et il y a un projet de l'Europe continentale d'une structure politique sur le continent européen."

"Ces deux projets sont compatibles, mais ce ne sont pas les mêmes", a-t-il ajouté. "Il y a un groupe de pays qui veulent s'intégrer davantage, ce sont les pays fondateurs de l'UE, mais les autres veulent garder le système qui a besoin d'être réorganisé et simplifié."

FISCALITÉ COMMUNE DANS UN DÉLAI DE CINQ ANS

Pour l'ancien président, "certains dirigeants européens, notamment britanniques, sont un peu embarrassés de voir une intégration se poursuivre dans leur voisinage et en dehors d'eux".

"Il faut être très clair vis-à-vis non seulement des Britanniques mais de tous les pays en dehors de la zone euro, sur le fait que les décisions qui concernent strictement la zone euro, c'est-à-dire des aspects monétaires, budgétaires et peut-être bientôt d'endettement, sont de la compétence de la zone euro."

Pour Valéry Giscard d'Estaing, "la Grande-Bretagne ne peut pas demander que les décisions internes à la zone euro soient soumises à son approbation".

L'élan vers l'intégration européenne, qui avait franchi une étape très importante avec l'instauration de la monnaie unique, a été cassé avec le rejet en 2005 de la Constitution européenne écrite par une convention présidée par Valéry Giscard d'Estaing, qui estime aujourd'hui qu'il doit être relancé.

"Il peut d'abord être conforté par la décision britannique de rester en Europe et ensuite relancé par la décision de pays de la zone euro, pas tous vraisemblablement, mais ceux qui souhaitent aller de l'avant, de préparer une fiscalité commune applicable dans un délai de cinq ans."

Ce projet, dont l'ancien président considère qu'il est soutenu par l'opinion et qui se traduirait par une unification de l'impôt sur les sociétés, sur le revenu sur les patrimoines dans les pays qui le souhaiteront, ne pourra selon lui être lancé qu'après l'élection présidentielle française en 2017.

Il suppose une baisse de la pression fiscale en France qui passe par une réduction des dépenses, "ce que le prochain président et le prochain gouvernement s'engageront certainement à faire".

2017, UN RETOUR À L'ESPRIT DE LA CONSTITUTION ?

Prié de dire quel serait le candidat à l'élection présidentielle le plus susceptible de porter cette ambition, Valéry Giscard d'Estaing s'en est lui aussi remis au "grand large", cher aux Britanniques.

"Je dirais quand même que le groupe des candidats éventuels en France est supérieur par sa qualité au groupe de candidats actuels à la présidence des Etats-Unis."

Il a toutefois ajouté qu'un des grands enjeux du scrutin présidentiel sera de savoir si la France va revenir à cette occasion vers son régime politique constitutionnel, "celui de la Ve République, avec une présidence forte et n'intervenant pas dans la vie courante du pays".

"Notre constitution donne au président de la République un pouvoir d'arbitrage, ce n'est pas lui qui mène le gouvernement et la politique, c'est le Premier ministre."

L'on s'est éloigné de cette conception, avant même l'instauration du quinquennat, estime l'ancien président de 90 ans, membre du conseil constitutionnel.

"Je suis partisan de la tradition française où il y a au sommet de l'Etat quelqu'un, détaché du débat politique à court terme, qui prévoit l'avenir et essaye d'orienter un peu le pays."

"Est-ce ce type de président qui sera élu ou est-ce que c'est un nouveau Premier ministre ?" s'est interrogé Valéry Giscard d'Estaing.

(édité par Yves Clarisse et Henri-Pierre André)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.