Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Generali: bénéfice record de 3,57 milliards d'euros en 2023, malgré les intempéries
information fournie par Boursorama avec AFP 12/03/2024 à 14:13

( AFP / GABRIEL BOUYS )

( AFP / GABRIEL BOUYS )

Le numéro un de l'assurance en Italie, Generali, a bravé les tempêtes en 2023, alignant des bénéfices record en dépit du coût accru des catastrophes naturelles, et a décidé de choyer ses actionnaires avec un dividende en hausse.

Generali a ainsi vu son bénéfice net ajusté (hors exceptionnels) augmenter de 14,1% à 3,57 milliards d'euros. L'assureur a aussi affiché un bénéfice opérationnel en hausse de 7,9% à 6,87 milliards d'euros, le plus élevé de son histoire.

"La forte performance de Generali en 2023, soutenue par un résultat opérationnel et net record", démontre "le succès" de sa stratégie, a commenté mardi son PDG Philippe Donnet. "Le groupe n'a jamais été en aussi bonne forme", a-t-il assuré.

Seul bémol, au quatrième trimestre Generali a vu son bénéfice net ajusté chuter de 28,6% à 595 millions d'euros, sous l'effet des intempéries qui ont plombé le bénéfice opérationnel du segment dommages (-30,3%).

Les pertes liées aux catastrophes naturelles ont elles aussi atteint un record, avec 1,12 milliard d'euros en 2023, presque le double par rapport à 2022. Parmi elles, ont figuré des inondations et tempêtes de grêle en Italie et Allemagne ainsi qu'en Europe centrale et orientale.

Le bénéfice opérationnel a été tiré par le segment dommages (+15,8%) et dans une moindre mesure par la gestion d'actifs (+4,9%) et l'assurance-vie (+1,7%).

- Nouveau plan en vue -

Generali a confirmé les objectifs de son plan stratégique, dont une hausse du bénéfice par action de 6 à 8% par an et des dividendes cumulés de 5,2 et 5,6 milliards d'euros sur la période 2022-2024.

"Nous travaillons déjà sur le nouveau plan stratégique qui sera ambitieux, dans un contexte difficile" et que "nous présenterons au début de 2025", a indiqué M. Donnet devant la presse.

Interrogé sur son intention de briguer un quatrième mandat, il a éludé la question: "nous sommes très concentrés sur ce que nous devons faire aujourd'hui".

Les résultats de 2023 "sont conformes au plan et un peu meilleurs que les hypothèses du consensus, malgré l'impact plus important des événements climatiques", ont commenté les analystes de Banca Akros.

L'entrée de primes brutes, l'équivalent du chiffre d'affaires, a augmenté de 5,6% à 82,46 milliards d'euros en 2023, portée elle aussi par le segment dommages (+12%).

La collecte nette en assurance-vie a été cependant négative (-1,31 milliard d'euros).

Le ratio économique de solvabilité de Generali est descendu à 220% fin 2023, comparé à 221% un an auparavant.

Le ratio combiné, l'indicateur clé qui rapporte le montant des primes encaissées au coût d'indemnisation des sinistres, s'est amélioré, passant à 94%, les hausses tarifaires ayant compensé l'impact des intempéries.

- Dividendes en hausse -

Generali propose de verser en 2024 un dividende de 1,28 euro par action, en hausse de 10,3%, pour un montant total de 1,98 milliard d'euros, ce qui lui permettra de distribuer 5,5 milliards d'euros sur la période 2022-2024, conformément à ses objectifs.

Depuis son arrivée aux commandes de Generali en 2016, "les dividendes se sont accrus chaque année" et cumulent une hausse de 60%, a relevé M. Donnet.

L'assureur avait annoncé en janvier un rachat d'actions portant sur 500 millions d'euros qui sera soumis à la prochaine assemblée générale des actionnaires en avril.

Cette somme correspond au trésor de guerre restant pour de futures acquisitions pour lesquelles le plan stratégique 2022-2024 avait prévu au total trois milliards d'euros.

Generali étudie actuellement le rachat de plusieurs assureurs, dont certains ont une capitalisation boursière supérieure à 10 milliards d'euros, comme le britannique Aviva et le néerlandais NN Group, a rapporté début mars l'agence Bloomberg.

Cependant, Generali n'envisagerait que des transactions amicales avec des groupes dont la capitalisation ne dépasse pas la moitié de sa propre valeur (35 milliards d'euros), sur une base d'échange d'actions plutôt qu'en numéraire.

"Ces dernières années, nous avons été les plus actifs parmi nos pairs, avec 7 milliards d'euros d'acquisitions", a affirmé M. Donnet, sans commenter ces informations.

"Les fusions et acquisitions ne sont pas une obsession, mais si une occasion se présente, nous avons la force financière de la saisir", a-t-il conclu.

Valeurs associées

23,55 EUR MIL -0,46%

1 commentaire

  • 12 mars 15:17

    je croyais que la hausse des cotisations etait pour faire face a la hausse du cout des sinistres, et non pas pour engraisser les actionnaires....


Signaler le commentaire

Fermer