1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

François Hollande répond à la droite sur le thème de la sécurité

Reuters19/07/2016 à 19:04

HOLLANDE RÉPOND À LA DROITE SUR LA SÉCURITÉ DES FRANÇAIS

LISBONNE (Reuters) - François Hollande a répondu mardi aux critiques de la droite sur sa capacité et celle du gouvernement à protéger les Français des attaques à caractère terroriste, tout en expliquant que le risque était présent quelles que soient les mesures de protection engagées.

"Certains nous disent : mieux vaudrait ne plus avoir d'Etat de droit et être en liberté. Mais nous n'aurions ni la liberté ni l'Etat de droit et nous aurions toujours le terrorisme", a déclaré le président de la République à l'ambassade de France au Portugal, à Lisbonne.

"Que signifierait être la France si nous cédions à nos libertés, à nos principes, à notre ordre constitutionnel et à commencer par la Constitution française", s'est-il interrogé.

Après l'attaque qui a fait 84 morts à Nice le 14 juillet, François Hollande a ajouté que son "devoir" était de protéger les Français.

"Je dois assurer cette protection, même s'il y aura toujours des risques", a-t-il dit. "Qui peut imaginer que déployant autant de forces, mettant autant de moyens, il n'y aura pas toujours une menace ? La menace elle est là."

Les Français "doivent vivre et montrer cette capacité de résistance, cette conviction que nous sommes la France et que nous ne mettons pas un genou à terre alors même que l'on veut nous frapper", a-t-il encore déclaré.

François Hollande a évoqué mardi avec les dirigeants portugais les réformes qui doivent être examinées par les Européens en septembre, notamment dans les domaines de la sécurité. Il fera de même jeudi à Dublin.

Avec la relance de l'économie, l'investissement et la jeunesse, la protection des Européens a été affirmée comme

priorité pour l'Europe après le vote des Britanniques en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l'Union le 23 juin.

(Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • albert__
    19 juillet19:43

    Il est grand temps de désigner la 5è colonne et de s'en séparer par des moyens "adaptés", même s'ils heurtent la "sensibilité" de certains "socialo-angélistes" et en particulier celle de ce "président" d'opérette. Assez de baratin, des actes. L'avenir de nos enfants est à ce prix

    Signaler un abus

  • M2766070
    19 juillet19:24

    Il parle d un truc , il n y connait rien , et n a meme pas un échantillon sur lui ... hein coste coiffure

    Signaler un abus

  • michevey
    19 juillet19:18

    Des mots.... comme d'habitude !!!! A quand des actes concrets ???

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer