Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Feu vert à la prolongation des frappes françaises en Syrie

Reuters25/11/2015 à 18:56

French Prime Minister Manuel Valls speaks during the questions to the government session at the National Assembly in Paris

PARIS (Reuters) - Les députés français ont massivement donné leur feu vert mercredi à la poursuite des frappes des forces aériennes françaises en Syrie pour "anéantir" l'Etat islamique, près de deux semaines après les attentats de Paris.

"Le 13 novembre a changé la donne, une riposte à la mesure de l'agression que nous avons subie s'est imposée", a déclaré le Premier ministre Manuel Valls à la tribune de l'Assemblée. "Il n'y a pas d'alternative, nous devons anéantir Daech."

Il a plaidé pour la poursuite et l'intensification des frappes et a été largement suivi, puisque le vote a été acquis par 515 voix contre quatre.

"Daech commence donc à reculer, c'est la preuve que cette organisation peut être vaincue et pour cela nous devons aller encore plus loin, plus fort parce que cette armée terroriste a encore des ressources", a poursuivi Manuel Valls. "Nous sommes en guerre mais nous n'en sommes qu'au début, elle demandera de la constance et de la ténacité, cette guerre sera longue."

L'ancien Premier ministre François Fillon, qui intervenait au nom du groupe Les Républicains, a apporté son soutien à la demande de prolongation des frappes françaises en Syrie, qui intervient au moment où François Hollande mène une offensive diplomatique pour bâtir une grande coalition contre Daech.

LEVÉE DES SANCTIONS CONTRE LA RUSSIE ?

Mais il a réclamé la levée des sanctions européennes qui frappent la Russie en raison de la crise en Ukraine.

"Peut-on combattre côte à côte avec les Russes, alors que nous leur imposons dans le même temps des sanctions européennes ? La réponse est non ! La France doit prendre ses responsabilités et obtenir, lors du prochain Conseil européen, qu’un terme soit mis à ces sanctions", a-t-il dit.

François Fillon a aussi demandé la "réintégration de l’Iran dans les discussions".

"Son influence sur le terrain et la présence de ses forces spéciales en font, qu’on le veuille ou non, un élément-clé de la victoire au sol", a-t-il ajouté.

Enfin, il a estimé qu'une "liaison" avec les autorités syriennes était indispensable, par l'envoi dans un premier temps d'un chargé d'affaires à Damas.

"Comment abattre l’Etat islamique, dont les sanctuaires et les centres de décision sont en Syrie, comment bâtir une solution politique, sans a minima des échanges de renseignements avec le régime en place ?" a-t-il demandé.

Le gouvernement avait le 15 septembre informé le Parlement de sa décision de faire intervenir les forces armées aériennes en Syrie mais une autorisation du Parlement est nécessaire pour prolonger l'intervention au-delà de quatre mois.

Le vote aurait dû avoir lieu en janvier prochain mais, du fait de la pause du Parlement à l'occasion des fêtes de fin d'année, le gouvernement a préféré avancer le scrutin.

Tous les groupes de l'Assemblée, de la majorité comme de l'opposition, ont voté en faveur de la prolongation de l'intervention. Seul le groupe Front de gauche s'est abstenu.

(Emile Picy, avec Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.