Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Doutes sur le choix de Chevènement pour la Fondation de l'islam

Reuters04/08/2016 à 12:57

LE CHOIX DE CHEVÈNEMENT À LA FONDATION DE L'ISLAM SOULÈVE DES DOUTES

PARIS (Reuters) - La possible nomination de Jean-Pierre Chevènement à la tête de la Fondation de l'islam de France suscite le scepticisme dans la classe politique, certains responsables jugeant le profil de l'ex-ministre de l'Intérieur peu adapté à la mission.

François Hollande a lui-même laissé filtrer mardi le nom de l'ancien sénateur pour diriger cette institution, en sommeil depuis 2005, dont l'objectif est de lever des fonds pour le financement des lieux de culte musulmans.

La décision n'est pas encore tranchée mais, dès mercredi, l'opposition a fait part de ses doutes concernant la préférence de l'exécutif pour Jean-Pierre Chevènement, connu davantage pour avoir animé les débats à gauche pendant plusieurs décennies que pour son expertise en matière d'islam.

Le centriste François Bayrou l'a qualifié jeudi de personnalité "respectable" tout en estimant que le choix d'un non musulman poserait "une grande interrogation".

"En instaurant cette organisation pour le financement des lieux de cultes, on reconnaît que (les musulmans) ont leur place légitime dans la société française. Et on leur enlève le droit, la légitimité de s'occuper de cette question si sensible pour eux et si sensible pour la communauté nationale", a déclaré le maire de Pau sur iTELE.

Sur RTL, Brice Hortefeux, lointain successeur de Jean-Pierre Chevènement place Beauvau (2009-2011), s'est lui aussi étonné du choix d'un homme "totalement étranger à la religion musulmane".

"C'est comme si, pour la présidence de la conférence des évêques de France, on faisait appel à un bouddhiste", a ironisé ce proche de Nicolas Sarkozy.

LAÏCITÉ EXIGEANTE

Pour justifier ce choix, le gouvernement met en avant l'attachement de Jean-Pierre Chevènement à une laïcité exigeante et l'autorité morale dont jouirait l'ex-député, âgé de 77 ans, qui ne dispose plus d'aucun mandat électif et se tient depuis plusieurs années à l'écart des querelles politiques.

L'ancien socialiste a déjà ouvert le dossier de l'islam en France lorsqu'il était ministre de l'Intérieur dans le gouvernement de Lionel Jospin à la fin des années 1990 et, à ce titre, chargé des cultes.

En 1997, il s'est prononcé pour la naissance d'une instance représentative afin de "poser les bases des relations normales qui doivent s'établir entre l'Etat et l'islam de France" mais, à l'époque, son initiative est restée sans lendemain.

"C’est un sujet auquel je réfléchis depuis très longtemps", a dit mercredi Jean-Pierre Chevènement, interrogé par Le Monde, précisant toutefois qu'il ne donnerait pas de réponse avant "la rentrée de septembre".

Pour autant, l'option privilégiée par l'exécutif ne fait pas l'unanimité au sein même du gouvernement.

Mercredi, la ministre des Familles, Laurence Rossignol, a dressé du candidat idéal un portrait très différent de celui de Jean-Pierre Chevènement.

"Le bon profil, selon moi, c'est d'abord quelqu'un de culture musulmane, qui ait une connaissance de la subtilité humaine de l'islam, quelqu'un de laïc, et peut-être, le meilleur profil, ce serait une femme", a-t-elle jugé sur France Info.

(Simon Carraud, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.