Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Dix pays de l'UE touchés par les coupures de gaz russe, selon Timmermans
information fournie par Reuters23/06/2022 à 13:21

DIX PAYS DE L'UE TOUCHÉS PAR LES COUPURES DE GAZ RUSSE

DIX PAYS DE L'UE TOUCHÉS PAR LES COUPURES DE GAZ RUSSE

BRUXELLES (Reuters) - Dix pays de l'Union européenne ont activé le premier niveau d'alerte sur l'approvisionnement en gaz à la suite de la réduction des livraisons en provenance de la Russie, a déclaré jeudi Frans Timmermans, responsable de la politique climatique du bloc.

La semaine dernière, la Russie a réduit le débit de son gazoduc Nord Stream 1 à 40% de sa capacité, invoquant des problèmes d'équipement. Elle avait déjà coupé le gaz à la Pologne, à la Bulgarie, aux Pays-Bas, au Danemark et à la Finlande en raison de leur refus de se conformer à un nouveau système de paiement.

Frans Timmermans a déclaré que 10 des 27 États membres étaient entré en "alerte précoce", le premier de trois niveaux de crise identifiés dans les règlements de sécurité énergétique de l'UE.

"Le risque d'une rupture totale de l'approvisionnement en gaz est aujourd'hui plus réel que jamais", a-t-il dit.

L'UE dépendait de la Russie pour 40% de son gaz avant que Moscou n'envahisse l'Ukraine. Confrontés à la diminution des flux de gaz en provenance de la Russie, certains pays ont augmenté l'utilisation de centrales au charbon, tout en insistant sur le fait qu'il s'agit d'une mesure temporaire qui ne compromettra pas les objectifs en matière de changement climatique.

L'Allemagne a par ailleurs activé jeudi le niveau 2 de son plan d'urgence sur l'approvisionnement en gaz, mais sans la clause qui permettrait aux compagnies de répercuter la hausse des coûts sur les clients.

Les pays de l'UE doivent avoir mis en place des plans pour gérer trois niveaux de crise d'approvisionnement en gaz : une alerte précoce, une alarme et une urgence.

Le stade de l'"alerte précoce" est axé sur la surveillance des approvisionnements, tandis qu'une "alarme" permet théoriquement aux services publics de répercuter les prix élevés sur les consommateurs et de contribuer à faire baisser la demande. Le niveau "d'urgence" permet aux gouvernements de forcer l'industrie à réduire ses activités pour économiser du gaz.

Les réductions opérées par la Russie font craindre à l'Europe des stocks de gaz insuffisants pour faire face à d'autres chocs d'approvisionnement pendant la période de pointe de l'hiver.

(Reportage Kate Abnett; version française Valentine Baldassari, édité par Kate Entringer)

8 commentaires

  • 23 juin15:17

    L'atome, je veux bien mais quand et surtout où pourrait on construire ces centrales ? Facile d'annoncer 10 - 15 centrales d'ici 15 ans mais encore faut-il trouver les emplacements ad hoc