Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des villes saluent l'arrivée de la pastille automobile

Reuters02/06/2015 à 18:02

DES VILLES SALUENT LA CRÉATION D'UNE NOUVELLE PASTILLE POUR LES VÉHICULES PROPRES

par Gregory Blachier

PARIS (Reuters) - Plusieurs villes, dont Paris, ont salué mardi la création d'une nouvelle pastille pour identifier et favoriser les véhicules propres, annoncée par Ségolène Royal dans le cadre du plan de lutte contre la pollution de l'air en France.

La ministre de l'Ecologie a dévoilé le dispositif qui vise à encourager l'acquisition d'un véhicule propre et qui complète l'aide renforcée jusqu'à 10.000 euros pour l'achat d'une voiture électrique. Il s'accompagne d'un appel à projets "villes respirables" pour les municipalités.

Des mesures étaient très attendues par les villes qui ont connu ces derniers mois plusieurs pics de pollution, comme la capitale dont la maire, Anne Hidalgo, a bataillé avec Ségolène Royal sur la circulation alternée.

La première l'avait réclamée en mars mais la seconde la lui refusait - il revient au préfet, donc à l'Etat, de décider de la mettre en place -, au motif souvent répété qu'elle s'oppose à une écologiste dite "punitive".

La pastille, appelée "certificat de qualité de l'air", se veut une réponse à ce sujet et un outil de gestion pour les villes qui souhaiteraient instaurer des restrictions sur les véhicules polluants ou des avantages pour la circulation ou les tarifs de stationnement aux plus propres.

"Il y a un signal à donner pour préparer l'après-diesel comme l'après-pétrole", a dit Ségolène Royal à la presse, rappelant qu'elle souhaitait réformer le modèle de gestion des pics de pollution, engagement qu'elle avait déjà pris.

Anne Hidalgo, qui a déjà lancé à Paris un plan de limitation de la circulation des véhicules polluants, s'est félicitée de cette annonce, un "acte fort dans la lutte contre la pollution".

"OUTIL INDISPENSABLE"

Plusieurs écologistes ont également salué cette décision, dont l'adjoint chargé des Transports à la mairie de Paris, Christophe Najdovski, qui se satisfait de voir l'Etat "prendre la mesure de l'urgence".

"Les pastilles sont l'outil réglementaire indispensable à la réussite du plan (de la ville de Paris), on est donc très content que cette annonce ait eu lieu et on souhaite entrer dans la phase opérationnelle", a-t-il dit à Reuters.

"Les mesures annoncées aujourd'hui ont pour but de réduire la pollution du quotidien mais pourront aussi s'appliquer en période de pic de pollution", a-t-il souligné, rappelant toutefois que cela "n'exonère pas l'Etat" d'une révision de la gestion des pics.

Pour Christophe Najdovski, l'outil "pastilles" va aussi donner du poids à la ville dans les discussions pour définir un plan à l'échelle de la métropole du Grand Paris.

Il va aussi faire progresser le débat à Grenoble, l'une des villes les plus polluées de France, où une réunion sur le sujet de la pollution était prévue le 9 juin avec la préfecture et les élus de la métropole.

"On allait travailler sur comment faire changer les comportements et là, ce qui est intéressant, c'est qu'on sort du tout ou rien, pour avoir une démarche de sensibilisation, plus progressive", a dit à Reuters le maire écologiste Eric Piolle.

"On voit ça d'un oeil très positif, ça vient bien compléter l'éventail des solutions sur lesquelles on travaille aujourd'hui sur les transports en commun, les piétons, cyclistes", a-t-il dit, ajoutant que Grenoble serait candidate à l'appel à projets "villes respirables en cinq ans" dont les lauréats seront connus en septembre.

PASTILLES POUR TOUS EN 2016

Les pastilles, qui concerneront aussi les deux-roues, seront lancées à titre expérimental le 1er septembre et généralisées au 1er janvier 2016. Elles seront gratuites pendant six mois puis vendues cinq euros ensuite.

Seuls les véhicules particuliers 100% électriques recevront la pastille bleue des voitures les moins polluantes. Six autres catégories, déclinées du vert au gris, concerneront les véhicules à carburants. La première sera réservée aux véhicules à moteurs essence, construits à partir de 2011.

Les diesel les plus récents seront inclus à la troisième catégorie (jaune), au même titre que les véhicules essence de 2006 à 2011. Tous les véhicules particuliers datant d'avant le 31 décembre 1996 seront dans la catégorie des plus polluants.

L'association 40 millions d'automobilistes a dénoncé dans un communiqué un dispositif "injuste socialement". "La pastille verte est une mesure discriminatoire qui renforce l'idée d'une exclusion sociale des plus modestes qui n'ont pas les moyens financiers de renouveler l

par Gregory Blachier

PARIS (Reuters) - Plusieurs villes, dont Paris, ont salué mardi la création d'une nouvelle pastille pour identifier et favoriser les véhicules propres, annoncée par Ségolène Royal dans le cadre du plan de lutte contre la pollution de l'air en France.

La ministre de l'Ecologie a dévoilé le dispositif qui vise à encourager l'acquisition d'un véhicule propre et qui complète l'aide renforcée jusqu'à 10.000 euros pour l'achat d'une voiture électrique. Il s'accompagne d'un appel à projets "villes respirables" pour les municipalités.

Des mesures étaient très attendues par les villes qui ont connu ces derniers mois plusieurs pics de pollution, comme la capitale dont la maire, Anne Hidalgo, a bataillé avec Ségolène Royal sur la circulation alternée.

La première l'avait réclamée en mars mais la seconde la lui refusait - il revient au préfet, donc à l'Etat, de décider de la mettre en place -, au motif souvent répété qu'elle s'oppose à une écologiste dite "punitive".

La pastille, appelée "certificat de qualité de l'air", se veut une réponse à ce sujet et un outil de gestion pour les villes qui souhaiteraient instaurer des restrictions sur les véhicules polluants ou des avantages pour la circulation ou les tarifs de stationnement aux plus propres.

"Il y a un signal à donner pour préparer l'après-diesel comme l'après-pétrole", a dit Ségolène Royal à la presse, rappelant qu'elle souhaitait réformer le modèle de gestion des pics de pollution, engagement qu'elle avait déjà pris.

Anne Hidalgo, qui a déjà lancé à Paris un plan de limitation de la circulation des véhicules polluants, s'est félicitée de cette annonce, un "acte fort dans la lutte contre la pollution".

"OUTIL INDISPENSABLE"

Plusieurs écologistes ont également salué cette décision, dont l'adjoint chargé des Transports à la mairie de Paris, Christophe Najdovski, qui se satisfait de voir l'Etat "prendre la mesure de l'urgence".

"Les pastilles sont l'outil réglementaire indispensable à la réussite du plan (de la ville de Paris), on est donc très content que cette annonce ait eu lieu et on souhaite entrer dans la phase opérationnelle", a-t-il dit à Reuters.

"Les mesures annoncées aujourd'hui ont pour but de réduire la pollution du quotidien mais pourront aussi s'appliquer en période de pic de pollution", a-t-il souligné, rappelant toutefois que cela "n'exonère pas l'Etat" d'une révision de la gestion des pics.

Pour Christophe Najdovski, l'outil "pastilles" va aussi donner du poids à la ville dans les discussions pour définir un plan à l'échelle de la métropole du Grand Paris.

Il va aussi faire progresser le débat à Grenoble, l'une des villes les plus polluées de France, où une réunion sur le sujet de la pollution était prévue le 9 juin avec la préfecture et les élus de la métropole.

"On allait travailler sur comment faire changer les comportements et là, ce qui est intéressant, c'est qu'on sort du tout ou rien, pour avoir une démarche de sensibilisation, plus progressive", a dit à Reuters le maire écologiste Eric Piolle.

"On voit ça d'un oeil très positif, ça vient bien compléter l'éventail des solutions sur lesquelles on travaille aujourd'hui sur les transports en commun, les piétons, cyclistes", a-t-il dit, ajoutant que Grenoble serait candidate à l'appel à projets "villes respirables en cinq ans" dont les lauréats seront connus en septembre.

PASTILLES POUR TOUS EN 2016

Les pastilles, qui concerneront aussi les deux-roues, seront lancées à titre expérimental le 1er septembre et généralisées au 1er janvier 2016. Elles seront gratuites pendant six mois puis vendues cinq euros ensuite.

Seuls les véhicules particuliers 100% électriques recevront la pastille bleue des voitures les moins polluantes. Six autres catégories, déclinées du vert au gris, concerneront les véhicules à carburants. La première sera réservée aux véhicules à moteurs essence, construits à partir de 2011.

Les diesel les plus récents seront inclus à la troisième catégorie (jaune), au même titre que les véhicules essence de 2006 à 2011. Tous les véhicules particuliers datant d'avant le 31 décembre 1996 seront dans la catégorie des plus polluants.

L'association 40 millions d'automobilistes a dénoncé dans un communiqué un dispositif "injuste socialement". "La pastille verte est une mesure discriminatoire qui renforce l'idée d'une exclusion sociale des plus modestes qui n'ont pas les moyens financiers de renouveler leur véhicule", dit-elle.

Le Parti communiste a lui aussi regretté que les "couches populaires" soient "stigmatisées" faute de moyens financiers.

(Edité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.