Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Des jeunes ne veulent rien lâcher sur la loi Travail

Reuters16/03/2016 à 20:02

DES JEUNES ENCORE DANS LA RUE JEUDI CONTRE LA LOI TRAVAIL

PARIS (Reuters) - Vingt-trois organisations de jeunesse ont maintenu leur appel à manifester jeudi partout en France en dépit de la réécriture du projet de réforme du Code du travail présenté lundi par le Premier ministre, Manuel Valls.

Dans l'attente de la journée du 31 mars avec les syndicats de salariés opposés à la loi Travail, dont la CGT et FO, les organisateurs espèrent "maintenir la dynamique" parmi les lycéens, étudiants et jeunes des partis de gauche.

"Je ne pense pas que les effets d'annonce (du gouvernement) vont changer la dynamique de mobilisation des étudiants", a déclaré mardi à la presse William Martinet, le président du syndicat étudiant Unef.

La mobilisation s'annonce toutefois plus faible que le 9 mars, environ 80 rassemblements et manifestations figurant sur la carte de la mobilisation du collectif contre plus de 150 il y a une semaine, lorsque jeunes et salariés avaient défilé ensemble.

Le ministère de l'Intérieur avait alors dénombré 224.000 manifestants sur tout le territoire français, et les organisateurs plus de 400.000, une mobilisation jugée en demi-teinte par le gouvernement.

Elle s'était également traduite par le blocage de 90 lycées sur quelque 2.500 établissements, selon l'Education nationale. "Il devrait y avoir jeudi de nouveaux blocages de lycées, on y travaille", a déclaré un porte-parole du syndicat lycéen FIDL.

Pour jeudi, les assemblées générales (AG) dans plusieurs dizaines d'universités ont voté le principe du blocage de deux facultés, Paris 1 et Paris 8. "Mais il peut y en avoir d'autres, il y a encore des AG ce mercredi et demain", a expliqué une porte-parole de l'Union des étudiants communistes (UEC).

Les aménagements présentés par Manuel Valls ont éloigné la perspective d'un front syndical uni tout en s'efforçant de ménager le patronat, après 15 jours de consultations ponctuées de manifestations.

Les syndicats réformistes, CFDT en tête, de même que le syndicat étudiant Fage, ont estimé que les modifications proposées allaient dans le bon sens, tout en se disant vigilants sur le texte qui sera présenté le 24 mars par le gouvernement.

Mais la CGT, Force ouvrière, la FSU et Solidaires, ainsi que l'Unef et les mouvements lycéens UNL et FIDL, ont réitéré leur exigence d'un retrait du projet de loi.

"Le sentiment général, c'est un gouvernement qui essaie de bricoler, de nous enfumer pour que la mobilisation des jeunes faiblisse", a affirmé William Martinet.

"Nous continuons à nous mobiliser jusqu'au retrait complet du 'projet de loi chômage' qui ne laisse qu'une seule issue à la jeunesse d'aujourd'hui, un pacte de précarité pour son avenir", assure pour sa part la FIDL.

Aux yeux des organisations de jeunes, l'annonce d'une "généralisation" de la garantie jeunes, amenée à devenir un droit personnel et universel pour tous les jeunes sans emploi ni formation, est "un écran de fumée".

(Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.