Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des députés seraient propriétaires grâce à l'argent public

Reuters10/09/2015 à 14:27

BORDEAUX (Reuters) - L’Association pour une démocratie directe, qui avait révélé les dessous de la "réserve parlementaire", appelle la justice à enquêter sur l'enrichissement d'élus grâce à leur indemnité pour frais et à des prêts de leur assemblée.

De nombreux députés et sénateurs ont utilisé leur indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) pour régler l’achat de leur local de permanence, augmentant ainsi leur patrimoine, écrit-elle dans un rapport publié jeudi.

Selon elle, certains ont procédé à l'achat d'une permanence, puis à une revente, réalisant ainsi une plus-value. Elle cite le cas d'un élu qui a ensuite acheté une seconde permanence parlementaire pour un montant plus important.

L’IRFM s’élève à 5.250 euros net mensuels par député, 6.037 euros par sénateur, et doit servir en principe à payer le loyer de la permanence ou des frais de déplacement et d’hébergement.

L’Assemblée et le Sénat ont édicté cette année de nouvelles règles d’utilisation de l’IRFM, interdisant notamment l’acquisition d’un bien immobilier. Mais l'utilisation de l'IRFM ne fait toujours l'objet d'aucun contrôle, déplore l'association.

Ces mesures "ne sont ni à la hauteur de la gravité du problème, ni en mesure de régler en profondeur les dérives importantes, inhérentes au manque de transparence, de contrôle et de sanction" sur l’utilisation de l’IRFM, dit le rapport.

L'association affirme avoir recueilli 1.214 adresses de permanences parlementaires au cours de deux ans d'enquête.

Selon le rapport, 24,4% des députés sont propriétaires de leur permanence parlementaire en circonscription et 17,3% des députés ont acheté une résidence secondaire en circonscription avec l’argent de l’Assemblée nationale.

Concernant les prêts immobiliers consentis aux députés, 59 millions d'euros ont été prélevés sur le budget de l’Assemblée nationale en dix ans à 1,9 point en dessous du taux auquel l’état empruntait pour fournir cet argent, ajoute-t-il.

"En prêtant cet argent public à perte, les assemblées creusent la dette publique en privilégiant les intérêts personnels des parlementaires aux dépens de l’intérêt général", écrit l'association.

Le système de prêts immobiliers a été officiellement supprimé en 2010. Mais l'association a pourtant mis la main sur un acte faisant état de ressources issues de ces prêts datant de 2011.

Pour une démocratie directe rappelle par ailleurs que 14 parlementaires ont été signalés à la Commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP) pour avoir utilisé leur site de parlementaire à des fins de propagande électorale.

(Claude Canellas, avec Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.