Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Délocalisations : Fabien Roussel accuse Peugeot et Renault de "trahison contre la nation"
information fournie par Boursorama avec Media Services24/01/2022 à 09:57

S'il est élu à l'Élysée, le candidat communiste veut "interdire" les délocalisations pour mettre un terme à "une saignée de plus d'un million d'emplois industriels" subie par la France.

Le candidat communiste Fabien Roussel lors d'un meeting, le 17 janvier 2022. ( AFP / JULIEN DE ROSA )

Le candidat communiste Fabien Roussel lors d'un meeting, le 17 janvier 2022. ( AFP / JULIEN DE ROSA )

Haro sur les délocalisations et les entreprises qui les pratiquent ! Dimanche 23 janvier sur RTL / Le Figaro / LCI , le candidat communiste à la présidentielle Fabien Roussel s'en est pris avec véhémence à Peugeot et Renault, accusés de "trahison contre la nation". Il a également fustigé la politique fiscale d'Emmanuel Macron, accusé de recevoir à l'Élysée "des délinquants en col blanc".

"Je demande l'arrêt de toute délocalisation", a déclaré le candidat communiste, promettant de les "interdire" pour mettre un terme à ce qu'il a présenté comme "une saignée de plus d'un million d'emplois industriels" subie par la France. "Je veux reconstruire une industrie dans le pays, et le meilleur moyen de la reconstruire c'est d’abord d'empêcher toute forme de délocalisation", a-t-il expliquer, avant de cibler directement les deux grands constructeurs automobiles français.

"Quand je vois Renault et Peugeot délocaliser en Chine la Dacia Spring électrique et la C5 électrique, c'est une trahison contre la nation, un crime de lèse-majesté, un coup de poignard dans le contrat républicain", a fustigé Fabien Rousel. "Avec une majorité de gauche, je dirai à Peugeot et Renault stop, c’est terminé", a-t-il promis.

"Combattre l'évasion fiscale avec un pistolet à tire-bouchon"

Par ailleurs, Fabien Roussel a accusé Emmanuel Macron de "combattre l'évasion fiscale avec un pistolet à tire-bouchon" et de recevoir à "son bureau de l'Élysée des délinquants en cols blanc". "Des présidents de fonds de pension qui sont les mêmes qui aujourd’hui achètent des entreprises en France, les revendent deux ans après, font des plus-values dessus. Sur ces plus-values boursières l’argent s’en va au Luxembourg", a assuré le candidat communiste, citant comme exemple le fonds d'investissement américain Apollo qui a racheté en 2015 Verallia, filiale d'emballage de Saint-Gobain, pour l'introduire en Bourse.

Sur les questions fiscales, Fabien Roussel a aussi évoqué un rapport qu'il prévoit de mettre en ligne lundi, sur "l’état de nos plus riches familles en France" en 2017, se basant sur un rapport de la Commission des finances de l'Assemblée nationale de 2018. Selon lui, le document montre que "358.000 foyers fiscaux ont un patrimoine de 1.028 milliards d’euros". Pour taxer ces foyers, il entend appliquer un "impôt Covid exceptionnel de 10%" qui rapporterait 100 milliards aux caisses de l'État.

Valeurs associées

Euronext Paris +0.48%
Euronext Paris +2.19%
Euronext Paris 0.00%

17 commentaires

  • 24 janvier12:59

    Un peuple qui était pret à encaisser, nous dit-on (Lemaire), une hausse de l'électricité de 45%, sans broncher, serait Communiste révolutionnaire, je rigole...