1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Dammartin, porte de Vincennes : les premiers témoignages

Le Point10/01/2015 à 17:29

Les forces de l'ordre ont donné deux assauts simultanés vendredi à Dammartin-en-Goële et à la porte de Vincennes.

Au lendemain de la mort des frères Kouachi, auteurs présumés de l'attentat contre Charlie Hebdo, la ville de Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne, est encore sous le choc. C'est dans une imprimerie de la zone industrielle que les deux hommes s'étaient retranchés pendant plusieurs heures, avant d'être neutralisés lors de l'assaut mené par les forces de l'ordre vendredi après-midi. Beaucoup d'habitants expriment toute la frayeur qu'ils ont ressenti pendant cette journée surréaliste.Parmi les plus touchés par les événements, les enfants, effrayés par l'ampleur du dispositif sécuritaire déployé près de chez eux. Aujourd'hui, l'heure est au soulagement. Même si beaucoup d'habitants l'admettent, il faudra du temps pour oublier ces événements traumatisants. Même ressenti à Saint-Mandé, commune limitrophe de la porte de Vincennes, à Paris, où Amedy Coulibaly a pris une quinzaine de personnes en otage dans le magasin Hyper Cacher. "Arrivé au coeur de Saint-Mandé, raconte un habitant interrogé par le Huffington Post, après de multiples détours liés aux barrages entourant la ville, le plus difficile fut d'accéder aux écoles. La maternelle de mon plus jeune fils ne nous a pas laissé approcher avant 16h. Ma femme était partie chercher les deux plus grands à l'école primaire derrière la mairie. Chaque parent a dû rentrer dans l'école chercher nommément ses enfants. Vers 17h, on s'est enfin retrouvé tous les cinq.""On a...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer