Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Daech dispose d'une "usine du faux document"

Reuters02/06/2016 à 13:35

DAECH DISPOSE D'UNE "USINE DU FAUX DOCUMENT"

PARIS (Reuters) - Le groupe Etat islamique a récupéré des milliers de passeports vierges et il n'est pas exclu que d'autres djihadistes rejoignent l'Europe en les utilisant, comme l'ont fait certains assaillants du 13 novembre, a déclaré jeudi Bernard Cazeneuve.

Deux des Français qui figuraient parmi les kamikazes, Samy Amimour et Omar Mostefaï, sont revenus en Europe "en utilisant vraisemblablement des faux papiers, et en franchissant plusieurs frontières", a rappelé le ministre de l'Intérieur.

"Daech a récupéré des milliers de passeports vierges en Irak et en Syrie, s'est doté d'une véritable usine du faux document", a-t-il déclaré devant la commission d'enquête parlementaire sur la lutte contre le terrorisme.

"Il n'est pas exclu, puisque cela s'est déjà produit, que d'autres commandos puissent entrer sur le territoire de l'Union européenne munis de faux documents pour nous frapper", a-t-il ajouté, soulignant la détermination de la France à faire adopter de nouvelles mesures au niveau européen pour éviter cela.

Bernard Cazeneuve a souligné la complexité du parcours des auteurs des attentats du 13 novembre 2015 qui ont fait 130 morts, et mis en cause l'absence de coordination européenne.

"Il est (...) pour le moins réducteur d'imputer aux services de sécurité intérieurs français, et à eux seuls, un défaut de vigilance ou de clairvoyance", a-t-il jugé, rappelant qu'aucun des pays traversés par les djihadistes ne les a "signalés".

"À bien des égards, c'est l'absence d'un système d'alerte européen et d'une coordination efficace des services européens (...) qui a été mise en évidence en novembre dernier."

PROBLÈME DANS LE SUIVI

Bernard Cazeneuve a toutefois reconnu l'existence d'un problème dans le suivi, en France, des personnes mises en examen pour des faits dits "terroristes". La loi prévoit que la prise en charge judiciaire d'un suspect met un terme à son suivi administratif.

Un "paradoxe" qui fera l'objet de propositions de la commission d'enquête parlementaire dont il est le rapporteur, a fait savoir le député socialiste Sébastien Pietrasanta.

"Effectivement, lorsqu'il y a des individus qui représentent un risque terroriste et qui sont sous contrôle judiciaire, nous ne sommes plus armés pour assurer le suivi que nous devrions pouvoir mobiliser, c'est incontestable", a dit Bernard Cazeneuve.

"Mais aucun service ne peut faire autre chose que d'appliquer la législation en vigueur", a-t-il ajouté, laissant entendre qu'un changement de cet état de fait pourrait nécessiter une modification constitutionnelle.

Samy Amimour, l'un des trois assaillants du Bataclan, avait été mis en examen en octobre 2012 et placé sous contrôle judiciaire avant d'échapper aux enquêteurs et de rejoindre la Syrie.

Mercredi soir, le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, a estimé devant cette commission que la question d'un renforcement des modalités du contrôle judiciaire en matière terroriste était légitime. "Ce n'est pas une question de volonté, ni d'intention, ni même de droit", a-t-il dit. "C'est la question des moyens."

Quinze attentats ont été déjoués en France depuis 2013, dont sept depuis janvier 2015, d'après Bernard Cazeneuve, qui a rappelé que le niveau de menace restait "extrêmement élevé".

(Chine Labbé, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.