1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Crash de l'A320 : "Paris Match" et "Bild" décrivent une vidéo prise dans l'avion, la gendarmerie dément
Le Point01/04/2015 à 09:11

Un A320 de Germanwings.

Les passagers de l'A320 de Germanwings étaient conscients que l'appareil allait s'écraser et ont crié "Mon Dieu" avant le crash, selon une vidéo que l'hebdomadaire Paris Match et le journal allemand Bild affirment avoir pu visionner, une affirmation "complètement fausse", selon la gendarmerie. Sur cet enregistrement "pris depuis l'arrière de la cabine", selon Bild, "on entend crier Mon Dieu en plusieurs langues", explique mardi Paris Match. L'hebdomadaire français assure n'avoir "aucun doute" sur la provenance de l'enregistrement, en l'occurrence un téléphone portable retrouvé dans les décombres.

"La scène est tellement chaotique qu'on ne distingue personne, mais les cris des passagers révèlent qu'ils étaient parfaitement conscients de ce qui allait arriver. Vers la fin, après une secousse plus forte, les cris s'intensifient. Puis plus rien", précise Paris Match. Sur le même enregistrement, "on entend également, par trois fois au moins, des coups métalliques qui laissent penser que le pilote tente d'ouvrir la porte du cockpit au moyen d'un objet lourd", ajoute Paris Match, ce qui correspond aux enregistrements sonores de la boîte noire.

Ces affirmations sont "complètement fausses", a réagi le lieutenant-colonel Jean-Marc Ménichini, de la gendarmerie française, interrogé par CNN. Il a précisé que les téléphones mobiles collectés sur le site du crash n'avaient pas été "encore exploités"...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer